Accès direct au contenu
 
 

Covid-19 : HI apporte un soutien financier aux plus vulnérables

Prévention et santé Urgence
Madagascar

Les équipes de HI et ses partenaires se mobilisent pour permettre aux familles d’enfants handicapées les plus impactées par la crise de survivre. Ils apportent une assistance économique aux familles vulnérables pendant cette période d’urgence sanitaire.

 

Aide économique aux familles d’enfants handicapés vulnérables dans la région d’Antanety II

Aide économique aux familles d’enfants handicapés vulnérables dans la région d’Antanety II | © F. Ranaivotahiana, Sosve / HI

Les régions d’Analamanga, d’Atsinanana et d’Analanjirofo subissent les retombées économiques provoquées par la situation liée à la COVID-19.

En raison du confinement, du couvre-feu et des restrictions de déplacement, la plupart des ménages se retrouvent financièrement en grande difficulté et n’arrivent plus à subvenir à leurs besoins. Leurs activités ont été freinées ou même entièrement stoppées. Cette situation impacte durement leur santé, leur vie familiale, leur bien-être psychologique et social.

Une aide économique indispensable pour les familles d’enfants handicapés

Pour pallier aux situations de grande précarité, l’objectif du projet MITEHAFA , financé par l’Union européenne, permet de transférer 100 000 Ariary  aux familles d’enfants handicapés les plus vulnérables, identifiées au préalable.

« Je travaille en tant qu’employée de maison ou lavandière occasionnelle, mon activité est complètement interrompue et je ne gagne plus d’argent »,

explique Mme Mamitiana Aimée, une mère de famille bénéficiaire de ce projet. Agée de 39 ans, elle élève seule ses deux garçons de 13 et 11 ans. Son mari l’a quitté alors que son dernier fils n’avait que trois mois.

Un soulagement pour ceux qui n’arrivent plus à vivre

La famille de Mme Mamitiana Aimée a ainsi été inscrite parmi les ménages les plus vulnérables liés à la pandémie COVID-19 car la situation économique de cette maman est très instable. Elle a ainsi pu recevoir cette aide financière qui équivaut à quasiment un mois de salaire moyen.

« Cette aide économique comble un vide pendant cette période difficile. Je vous en remercie chaleureusement »,

poursuit la mère de famille.

« MIaro TEna aho ho fi arovako ny HAFA » (« En me protégeant, je protège les autres »)

Afin de respecter les mesures de sécurité sanitaires instaurées par les autorités et éviter la propagation du virus, les transferts d’argent sont effectués en plein air ou dans des sites sécurisés. Les bénéficiaires ont reçu des coupons d’identification avant le jour du paiement.

Cela leur permet de venir percevoir le montant du soutien financier. Avec l’appui de l’équipe du projet et en présence des forces de l’ordre, la distanciation physique est respectée.

Prévention face à la COVID-19 et prise en charge de la détresse psychologique en parallèle

En parallèle de ces distributions, les chargés de familles sont également sensibilisés aux mesures de protection face à la COVID-19 et accompagnés sur leurs problématiques en lien avec la crise.

Les activités portent sur l’information et la sensibilisation pour le changement de comportement et la réduction des facteurs de stress, la prise en charge de la détresse psychologique causée par la pandémie, et le renforcement de la résilience des ménages vulnérables et des personnes à besoins spécifiques et enfin, l’anticipation d’une éventuelle seconde crise COVID-19.

Mamitiana Aimée, quant à elle,  est bien consciente de la gravité de la situation. Elle suit sérieusement les consignes sanitaires communiquées dans les médias pour éviter la propagation du virus. Et lorsqu’elle est venue recevoir son aide financière, elle a pu échanger avec les équipes et a tenu à témoigner :

« Les informations nous aident à mieux protéger les enfants, la famille et nous ne sortons presque plus de chez nous. Le virus est invisible mais, il peut nous tuer. Nous prenons la situation très au sérieux ».

3 000 familles vont pouvoir être aidées

Cette opération permettra de répondre aux difficultés économiques de 3 000 familles vulnérables et de les sensibiliser en parallèle aux mesures de protection contre la COVID-19. Elle s’inscrit dans le respect des stratégies du gouvernement malgache pour faire face à la crise.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI sillonne Beyrouth pour accompagner les blessés
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI sillonne Beyrouth pour accompagner les blessés

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nour Khalaf, 33 ans, souffre d'une douleur chronique au bas du dos, aggravée lorsqu’elle est tombée lors de la deuxième explosion.

Liban : « Le toit de ma cuisine s'est effondré sur moi »
© Tom Nicholson / HI
Urgence

Liban : « Le toit de ma cuisine s'est effondré sur moi »

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Chakif Mia, 36 ans, est gravement blessé à la jambe.

 

HI à Beyrouth: « Vous êtes les premières personnes à venir me voir »
©Tom Nicholson / HI
Urgence

HI à Beyrouth: « Vous êtes les premières personnes à venir me voir »

Les explosions du port de Beyrouth survenues le 4 août dernier, ont impacté de nombreux habitants. Nada Baghdadi, 27 ans, a une grave fracture à la jambe.