Go to main content
 

Respectons les droits des personnes vivant avec un handicap mental ou psychosocial

Santé
France

Handicap International et l’Agence française de développement (AFD) organisent les 11 et 12 octobre au siège de l’AFD à Paris un atelier de deux jours sur la santé mentale à l’intention des bailleurs de fonds, des professionnels de la santé mentale et des usagers. Une cinquantaine de personnes sont attendues. Aude Bausson, coordinatrice programmes santé mentale, revient sur les enjeux de ces deux journées : 

Atelier perles, séance d'ergothérapie au Centre de Santé Mentale de Lomé, Togo

Atelier perles, séance d'ergothérapie au Centre de Santé Mentale de Lomé, Togo | Régis Binard / Handicap International

«  Cet atelier a trois objectifs. En premier, alerter les Etats, les bailleurs, les professionnels de la santé mentale sur les atteintes à la dignité des personnes souffrant d’un handicap mental ou psychosocial. La stigmatisation des personnes ayant des problèmes de santé mentale est forte dans de nombreux pays. Dans le monde, 18 000 personnes souffrant de troubles mentaux seraient enchaînées… Dans ces cas extrêmes, les autorités ou les familles elles-mêmes voient dans cette méthode le seul moyen de maîtriser un individu malade.

Ces deux jours seront également l’occasion d’échanger sur les bonnes pratiques. Des professionnels et des usagers (bénéficiaires de programmes de santé mentale) venant du Kenya, du Togo etc. sont invités et viendront témoigner… Dans plusieurs pays, nous aidons d’ailleurs ces usagers à s’organiser en association pour mieux défendre leurs droits.

« Enfin, nous voulons sensibiliser les bailleurs de fonds à cette problématique et les inciter à consacrer plus d’importance au volet de la santé mentale dans le financement des politiques de développement.

Le problème de la santé mentale n’est pas anecdotique. 450 millions de personnes dans le monde souffrent de difficultés en lien avec leur santé mentale. Conflits, déplacements, enfermements dans des institutions dégradées, maladies chroniques… les causes sont nombreuses.

Pourtant, les budgets consacrés à la santé mentale sont faibles, notamment dans les pays à faibles revenus où les besoins sont les plus criants. Peu d’actions sont engagées envers les personnes souffrant de problèmes de santé mentale car les autorités ne considèrent pas ces problèmes comme prioritaires, manquent de savoir dans le domaine ainsi que de professionnels formés… »

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Violences et traumatisme : les besoins des réfugiés sud-soudanais en matière de santé mentale
Philippa Russell / HI
Santé Urgence

Violences et traumatisme : les besoins des réfugiés sud-soudanais en matière de santé mentale

Plus d'un million de personnes ont fui le Soudan du Sud pour se réfugier en Ouganda depuis le début de la guerre civile en 2013. Beaucoup ont été témoins ou victimes de violences : déplacements forcés, viols, massacres, etc. Handicap International (HI) leur fournit un soutien psychosocial pour répondre aux besoins complexes et urgents des réfugiés en matière de santé mentale.

Les enfants marqués par la guerre
Handicap International
Réadaptation Santé

Les enfants marqués par la guerre

Handicap International est présente en Libye depuis 2011 à travers des actions diverses. L’association concentre maintenant son intervention sur l’aide aux enfants à Tripoli : une équipe mobile va chaque jour au devant des enfants présentant des besoins en réadaptation ; une campagne de sensibilisation sur les risques psychosociaux et l’inclusion des enfants handicapés vise à terme plus de 3 000 personnes.

Les traumatismes de la guerre, bombe à retardement de sociétés à reconstruire
Handicap international
Santé

Les traumatismes de la guerre, bombe à retardement de sociétés à reconstruire

Les problèmes de santé mentale chez les populations affectées par les conflits en Irak, en Syrie, au Yémen, en Libye, en Ukraine, etc., laissent une génération traumatisée par les violences armées. Souvent insuffisamment pris en charge, les troubles de la santé mentale liés à ces traumatismes peuvent avoir de lourdes répercussions sur l’ensemble d’une société et entraver leur reconstruction.