Go to main content
 

Séisme en Indonésie : Handicap International évalue les besoins des populations affectées

Urgence
Irak

Un séisme de magnitude 6,5 a frappé la province d’Aceh, en Indonésie, ce mardi 7 décembre, tuant plus de 90 personnes et blessant plus de 270 personnes. Handicap International, déjà présente sur place, évalue les besoins des populations affectées afin d’envisager une éventuelle intervention d’urgence.

Bâtiment détruit à la suite du séisme de septembre 2009 à Padang, sur l’île de Sumatra, en Indonésie.

Bâtiment détruit à la suite du séisme de septembre 2009 à Padang, sur l’île de Sumatra, en Indonésie. | © Benoit Darrieux / Handicap International

Un séisme de magnitude 6.5 sur l’échelle de Richter a frappé la province d’Aceh, en Indonésie, ce mercredi 7 décembre 2016. Ce séisme, survenu dans les districts de Bireuen et de Pidie Jaya, a entrainé la mort d’au moins 97 personnes, blessé plus de 200 personnes et détruit plus de 200 maisons, mosquées et échoppes. L’Etat d’urgence a été déclaré au niveau provincial.

Handicap International, présente en Indonésie depuis 2005, envoie un expert urgentiste et un kinésithérapeute sur les zones affectées afin d’évaluer les besoins des victimes et d’envisager une éventuelle intervention d’urgence. 

À la suite du Tsunami du 26 décembre 2004, Handicap International a mené une intervention d’urgence en Indonésie, au Sri Lanka et en Inde, et a permis à plus de 3600 victimes de bénéficier de séances de réadaptation. Aujourd’hui, Handicap International est toujours active en Indonésie dans les provinces de Yogyakarta et de Nusa Tengara Timur. L’association défend les droits des personnes handicapées, renforce leur participation au sein de leur communauté et les prépare aux risques de catastrophes naturelles.  

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.