Go to main content
 

Signature de l’accord de paix en Colombie : beaucoup reste à faire pour déminer le pays

Mines et autres armes
Colombie

A l’occasion de l’accord de paix historique entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), Handicap International rappelle qu’il reste beaucoup à faire pour dépolluer le pays.

Carlos Filo, une victime de mine antipersonnel, est assis chez lui.

Carlos Filo, une victime de mine antipersonnel, est assis chez lui. | © Gaël Turine / VU - Colombia 2008

Selon le rapport de l’Observatoire des mines 2013, la Colombie est le 2e pays au monde en terme de nombre de victimes de mines, juste derrière l’Afghanistan.  50 années de guerre civile ont engendré la contamination de 31 des 32 départements du pays et généré des milliers de victimes de mines antipersonnel. Entre 1990 et 2013, plus de 10 000 victimes ont ainsi été recensées. Près de la moitié étaient des civils et 26% des enfants.

Handicap International intervient en Colombie depuis 1998 et depuis 2005, sur la question des mines et restes explosifs de guerre. L’association soutient les victimes pour qu’elles aient accès à l’aide, notamment en les orientant vers les structures qui pourront leur apporter des soins, des séances de  réadaptation, un soutien psychosocial et un appui pour retrouver un emploi et une place dans la société.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Cuisine du Monde - Colombie - avril 2018
© HI Lux

Cuisine du Monde - Colombie - avril 2018

Pour ce 19 avril, nous vous proposons de partir à la découverte de la Colombie avec des spécialités culinaires du pays.

Restes explosifs de guerre : les enfants handicapés doivent avoir accès aux sessions de prévention
©HI

Restes explosifs de guerre : les enfants handicapés doivent avoir accès aux sessions de prévention

Près de 10 000 engins non explosés (roquettes, têtes de missiles, bombes..) ont été laissés par les bombardements qui ont a frappé la Bande de Gaza à l’été 2014. Entre décembre 2016 et septembre 2017, HI a formé 93 enseignants pour qu’ils mènent des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence de ces restes explosifs. 15 000 élèves ont ainsi été sensibilisés. Un projet financé par la Coopération belge (DGD).

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.