Go to main content
 

#SlowDown : Handicap International sensibilise aux risques liés à la vitesse sur la route

Handicap International a participé à la Semaine mondiale de la sécurité routière, organisée du 8 au 14 mai par les Nations unies. L’association a organisé des activités de sensibilisation pour les usagers de la route, notamment au Cambodge, en Haïti et en République démocratique du Congo.

 

Laos_road safety

Handicap International travaille pour améliorer la sécurité routière au Laos en faisant la promotion du port du casque et des règles de la sécurité routière | © Tim Dirven - Panos / Handicap International

Un tiers des accidents liés à la vitesse

Chaque année, les accidents de la route tuent près d’un 1.25 million de personnes et blessent 50 millions d’individus à travers le monde. Première cause de mortalité pour les 15-25 ans, ces accidents ont lieu, dans 90 % des cas, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire[1]. Et près d’un tiers des accidents de la route sont dû à la vitesse, parfois combinée à d’autres facteurs (alcool, etc.)[2]. « Ces accidents provoquent des handicaps physiques, ont des conséquences psychologiques et un impact économique considérable. Sensibiliser les populations au sujet des risques liés aux accidents de la route est une de nos priorités », explique Eric Remacle, expert en sécurité routière pour Handicap International.


#SlowDown 
La campagne #SlowDown a mis l’accent sur les dangers de la vitesse et sur les mesures contribuant à réduire le nombre de décès et de blessés liés aux accidents de la route. Durant cette campagne,  Handicap International a mené des activités de sensibilisation dans plusieurs pays où elle intervient. En Haïti, l’association a formé 100 chauffeurs du secteur des transports publics, notamment au sujet de la législation de la route, des signalisations et des accidents[3]. L’association a également réalisé des activités de sensibilisation[4]. En République démocratique du Congo, elle a sensibilisé les communautés et a présenté un mémorandum relatif à la réduction des limites de vitesse, adressé au Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

 

[1] Un Pays à revenu intermédiaire désigne un pays dont le produit national brut (PNB) annuel par habitant était supérieur à 765 dollars mais inférieur à 9 386 dollars en 1995.

[2] Selon le Global status report sur la sécurité routière 2015.

[3] En collaboration avec la police de la route.

[4] Voir film réalisé par HI Haïti, disponible sur ePhoto.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : Déclaration commune des ONG sur les accords conclus par les parties belligérantes
© HI
Urgence

Yémen : Déclaration commune des ONG sur les accords conclus par les parties belligérantes

Les organisations humanitaires installées au Yémen tiennent à féliciter les parties au conflit pour la coopération et la persistance qui ont abouti à des accords les plus positifs enregistrés pour les civils yéménites depuis plus de trois ans. Ces accords représentent une étape importante dans la mise en place d'une paix réelle et durable au Yémen et pourraient avoir un impact sur cette crise humanitaire qui touche des millions de personnes.

"Quand je serai grand, je volerai"
© Shumon Ahmed/HI
Réadaptation Sensibilisation

"Quand je serai grand, je volerai"

Comme pour 61% des enfants réfugiés dans le monde, l’accès de Saiful à l’école primaire n’était pas garanti, son handicap aggravant encore la situation.  Grâce aux soins procurés par HI, le jeune garçon a pu reprendre le chemin de l’école.

Lors des crises, n’oublions pas les personnes handicapées
© humanitariandisabilitycharter.org
Insertion Urgence

Lors des crises, n’oublions pas les personnes handicapées

La Charte pour l'inclusion des personnes handicapées dans l'action humanitaire a été élaborée en 2016 par Handicap International et plus de 70 partenaires. Elle compte déjà plus de 200 signataires dont 25 États, l’Union européenne, plusieurs agences des Nations Unies, des organisations humanitaires et des associations de personnes handicapées.