Go to main content
 

Xiemna, 33 ans : « Une grenade, une explosion, ma vie ravagée »

Mines et autres armes
Colombie

Xiemna, 33 ans, a été victime d’un accident avec une grenade dans sa propre maison. En quelques secondes, elle a perdu ses deux enfants et a été gravement blessée. Grâce au soutien de Handicap International (HI) et de Tierra de Paz, elle a bénéficié d’un appui psychologique et mène aujourd’hui un nouveau projet professionnel : la production de yaourts artisanaux.

Photo de Xiemna | ©Jules Tusseau/HI

« 17 août 2012. Je suis chez moi, dans ma maison. On prépare le repas, la télévision est allumée. Je suis enceinte de six mois. Je vais coucher mon fils de cinq ans. J’entends un bruit. Tout va très vite. Une explosion, un bruit fort, je ne vois plus rien. Je veux crier, hurler, appeler mon mari, je cherche mon fils, mon enfant, mon amour, j’entends des hurlements, j’ai du sang dans mon ventre, sur mon corps. Ma tête est lourde. On hurle « Xiemna », encore et encore. Le corps de mon fils ne bouge pas. Je respire difficilement, on m’emmène à toute vitesse à la clinique de Cali. Les médecins crient : « C’est très grave ! C’est très grave ! ». Je ne demande qu’une chose : « Où sont mes enfants ? ». Lentement, doucement, la douleur monte, violente, lourde, amère. Je commence à comprendre : ils sont morts. Mon corps est meurtri. J’ai des éclats de grenade dans la tête et des lésions sur le front, sur la poitrine, les mains, les hanches et les poumons », confie Xiemna, la voix douce, les yeux plein de larmes. « En quelques secondes, une grenade a ravagé ma vie ».

Armando, son mari, complète : « Notre maison est située dans la réserve indigène de El Nilo, dans le Cauca, un département qui a été fortement affecté par le conflit en Colombie. Une grenade a été lancée par la fenêtre, dans notre maison ».

Xiemna est soignée à l’hôpital, mais son traumatisme reste profond : « Grâce au soutien de HI et de Tierra de Paz, j’ai reçu une aide psychologique. J’ai aussi découvert le christianisme, qui m’a donné énormément de force. J’ai pu retrouver de la sérénité, ne pas tomber dans la haine et le désir de vengeance ».

Armando poursuit : « On ne s’est pas laissés abattre. HI et Tierra de Paz nous ont aidés à monter un nouveau projet : la production de yaourts artisanaux. On a d’abord suivi une formation avec un producteur laitier, et on a reçu du matériel (frigo box, plaques de cuisson, etc.). Au début, j’allais dans la montagne, je frappais aux portes et je proposais nos yaourts à la mûre et aux ananas. Aujourd’hui, le bouche à oreille fonctionne. On construit une cuisine qui répond aux normes d’hygiène dans le jardin. C’est devenu un vrai projet professionnel, notre moteur. Mon rêve : vendre nos yaourts dans un supermarché ».

Xiemna conclut calmement : « On avance, doucement. J’aide d’autres victimes de mines à exprimer leur ressenti. Je leur donne ce que je voudrais recevoir. Et notre fils, Samuel, deux ans et demi, est notre plus beau cadeau ». 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

Alerter les Etats sur l’assistance aux victimes
© J.M. Vargas/HI
Mines et autres armes

Alerter les Etats sur l’assistance aux victimes

Dans un contexte d’augmentation spectaculaire du nombre de victimes des mines (8605 victimes en 2016[1]) et d’utilisation des mines improvisées, les Etats parties au Traité d’Ottawa[2] qui interdit les mines antipersonnel se réunissent à Vienne du 18 au 22 décembre. Handicap International (HI) sera présente. Objectif de l’association : alerter les Etats sur les besoins dans l’assistance aux victimes et défendre le déminage des mines improvisées dans le cadre du Traité.

 

[2] La Convention d’Ottawa interdit l'acquisition, la production, le stockage et l'utilisation des mines antipersonnel. La Convention a été ouverte à signature le 3 décembre 1997. Elle est entrée en vigueur le 1er mars 1999. 162 sont Etats parties à la Convention. 1 Etat en est signataire. 

Les Etats africains contre l’utilisation des armes explosives en zone peuplées
© Handicap International
Mines et autres armes

Les Etats africains contre l’utilisation des armes explosives en zone peuplées

Handicap International (HI) organise les 27 et 28 novembre à Maputo, capitale du Mozambique, une conférence régionale sur les bombardements des civils. Cette conférence réunira près de 20 Etats, 10 organisations de la société civile africaines et des ONG internationales. Objectif : sensibiliser les pays africains à cet enjeu crucial et les inciter à s’engager au niveau international pour protéger les civils des effets dévastateurs liés à l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.