Go to main content

Népal

Aujourd’hui, HI vise notamment à renforcer l’accès à l’éducation pour tous les enfants, y compris les enfants handicapés. Elle contribue également à améliorer les conditions de vie des personnes handicapées et à favoriser leur inclusion au sein de leur communauté. L’association était également intervenue immédiatement auprès des victimes du séisme qui a frappé le Népal le 25 avril 2015.

Népal - HI

25 avril 2015, le Népal est frappé par un terrible séisme | © Wesley Pryor / HI

Actions en cours

HI est présente au Népal depuis une quinzaine d’années. Le pays, accolé à la chaîne himalayenne, connaît une importante activité sismique, en particulier dans la vallée de Katmandou où vivent 1,5 million de personnes. 

HI travaille avec les communautés et avec les autorités locales et crée des plans de secours qui améliorent les systèmes d’alerte et d’évacuation en cas d’urgence et tiennent compte des personnes handicapées. L’association met aussi en place un dispositif capable de déployer immédiatement des professionnels de la santé (médecins, infirmiers, etc.) qui assurent une rapide prise en charge médicale des victimes suite à un séisme. 

HI favorise également l’accès à l’éducation pour les enfants qui ont des besoins éducatifs spécifiques, notamment les enfants handicapés. L’association soutient aussi cinq centres de réadaptation permettant à des milliers de Népalais de bénéficier de soins de kinésithérapie ou d’être appareillés, et améliore les services de réadaptation dans des districts touchés par le tremblement de terre.

Elle favorise l’insertion professionnelle des personnes handicapées, leur apporte un soutien et des conseils personnalisés, et les aide à se former pour exercer l’activité professionnelle de leur choix. Elle sensibilise aussi les employeurs au handicap et travaille avec les services d’insertion professionnelle afin qu’ils puissent accompagner au mieux les personnes handicapées.

HI améliore également la protection et les droits des prisonniers et empêche les mauvais traitements (notamment la torture) infligés aux détenus ainsi que les séquelles à long terme dues à l’emprisonnement. L’association améliore les conditions de vie et l’accès des prisonniers aux services essentiels, comme l’accès à l’eau, à l’alimentation et aux soins de santé.

Grâce à son expérience relative à la prise en charge des victimes de tremblements de terre, Handicap International HI était intervenue immédiatement auprès des personnes affectées par le séisme du 25 avril 2015, qui a fait perdre la vie à plus de 8 000 personnes et blessé plus de 22 000 personnes. L’association a notamment mené plus de 10 500 séances de réadaptation auprès de plus de 4 000 personnes, conduit des séances de soutien psychosocial et notamment distribué plus de 2 300 aides à la mobilité (déambulateurs, chaises roulantes, béquilles) à plus de 2 200 personnes. L’association a également distribué plus de 4 300 kits de première nécessité (. Encore aujourd’hui, l’association aide les communautés, les familles et les personnes handicapées victimes du séisme afin qu’elles puissent bénéficier d’une nouvelle source de revenus et soient capables de se protéger face à une nouvelle catastrophe.

Paroles du terrain

Népal : Nirmala et Khendo, inséparables
Khendo (à droite) et Nirmala se sont rencontrées à l'hôpital après le séisme de 2015. Depuis, elles ne se quittent plus. ©Elise cartuyvels/HI

Népal : Nirmala et Khendo, inséparables

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes
Khendo, victime du séisme, avec Sudan son kinésithérapeute | © Elise Cartuyvels / HI

3 ans après le séisme HI poursuit son aide aux victimes

Il y a trois ans, la terre tremble au Népal. Plus de 8 000 personnes perdent la vie, et plus de 22 000 autres sont blessées. HI, présente sur place, intervient immédiatement auprès des personnes affectées, et vient en aide à plus de 15 000 personnes.

Incroyable Ramesh : victime du séisme au Népal, il a gagné 22 médailles sportives
© Elise Cartuyvels/HI

Incroyable Ramesh : victime du séisme au Népal, il a gagné 22 médailles sportives

25 avril 2015, séisme au Népal : Ramesh, 18 ans, se retrouve enseveli sous les décombres, conscient. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et avoir reçu des prothèses avec le soutien de HI, il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Musculation, nage, tennis, basket, danse, course de chaises roulantes : Ramesh relève tous les défis.

Aidez-les
concrètement

Situation du pays

Carte des interventions de HI au Népal

Au Népal, pays le plus pauvre d'Asie, les risques de tremblement de terre sont très élevés.

Suite au séisme, qui a frappé le Népal le 25 avril 2015, plus de 8 000 personnes ont perdu la vie et 22 000 personnes ont été blessées. Le Népal, pays fortement exposé aux risques sismiques, et en particulier dans la vallée de Katmandou, se prépare à ces catastrophes.

Plus de 40 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Les trois-quarts des habitants dépendent de l’agriculture. Le développement économique a été freiné suite au conflit opposant les autorités aux insurgés maoïstes (1996-2006), aujourd’hui intégrés dans le processus démocratique. Ce conflit a fait 12 000 morts et des centaines de milliers de déplacés. Il a également laissé de nombreux invalides de guerre. Aujourd’hui, le pays est sur la voie de la démocratisation et connaît une relative stabilité. 

Au Népal, le handicap est largement considéré comme un problème social. Il est rarement abordé dans une perspective de santé publique, ou pris en compte dans l'éducation, la santé et le développement économique. On estime que 78 % des enfants handicapés ne sont pas scolarisés (Barriga, 2011) et que seul 1 % de la population handicapée du Népal a accès à un emploi.

Nos actions
pays
par pays