Go to main content

Témoignage de notre bénévole Roland

Durant vingt années de ma vie professionnelle, j'ai travaillé dans le monde du handicap comme revendeur de matériel pour personnes à mobilité réduite. J’ai tissé des relations d'amitié avec certaines d'entre-elles. Sensibilisé au monde du handicap, je me suis retrouvé à plusieurs reprises sur la Place d'Armes, comme bénévole lors des journées « Pyramides de Chaussures ».

«Avant cela, je ne connaissais pas grand-chose à l'organisation de HI. Pourtant, un jour, poussé par la curiosité,  je me suis décidé à franchir le pas. J'ai eu le plaisir de rencontrer Cyrielle, avec qui nous avons conversé quelques minutes et échangé nos coordonnées. Peu de temps après, je me retrouvais à Belval pour une course d'écoliers au profit de HI.

 

Parmi les quelques participations en tant que bénévole, j'ai particulièrement apprécié les journées dans les lycées où cette jeunesse, souvent avide de questions, montrait un réel intérêt sur notre présentation. Tout aussi plaisantes ont été les journées à la Belle Etoile pour emballer les cadeaux. Et enfin, les journées "cuisines du monde" sont aussi l'occasion de bons moments avec l'équipe de HI.

Dans ce monde tourmenté, de guerres, d'injustice et de violence, en tant que bénévole chez HI, on a l'heureuse sensation d'apporter sa petite pierre à l'édifice, où à l'instar du colibri de Pierre Rahbi : faire sa part.

 

Un feu dévastateur se déclenche sur la terre, qui se propage à grande vitesse de village en village, de forêt en forêt… Les hommes courent, s’empressent, mais rapidement n’ont plus qu’une hâte : s’éloigner et se mettre à l’abri.

Dans le ciel, un petit colibri s’affaire. Il vole de feuille en feuille, très haut, à la recherche de la moindre goutte d’eau. Dès qu’il en saisit une, au creux d’une feuille ou d’une souche, il la met dans son bec et va la projeter sur le feu. Et le manège recommence, le petit colibri s’affaire, toujours plus rapide et concentré sur sa tâche.

Un homme qui l’aperçoit le rappelle à l’ordre « Petit colibri, mais pourquoi t’affaires-tu ? Tu vois bien qu’à toi tout seul, tu n’éteindras pas le feu... »

Et le petit colibri répond : « je fais ma part ».

 

Si je devais convaincre un ami, une connaissance de rejoindre HI en tant que bénévole, je me servirais de l'exemple ci-dessus.

HI m'a permis de faire de belles rencontres, des personnes de qualité, et rien que cela, ça mérite qu'on pousse la porte de la rue Adolphe Fischer 140. »

Roland