Go to main content
 

Aide par voie aérienne en République centrafricaine

Urgence
République Centrafricaine

En 2017, HI a permis le transport de plus de 8 500 tonnes de marchandises vers quelques-unes des régions les plus isolées de République centrafricaine, pays dévasté par des décennies de violence et d'instabilité 

Des agents de HI préparent un chargement à l'aéroport international de Bangui

© Paul Lorgerie/HI

La République centrafricaine (RCA) est le pays le moins bien classé selon l'Indice de développement humain: 67 % de la population (principalement rurale) vit avec moins d'un dollar par jour et seuls 30 % des habitants ont accès à l'eau salubre. L'insurrection armée qui a débuté en 2012 a entraîné une grave détérioration des infrastructures du pays.

L'acheminement de l'aide humanitaire, notamment de la nourriture et des médicaments, constitue un défi logistique majeur dans la mesure où la plupart des habitants vivent dans des régions isolées. Les routes sont mal entretenues, les réseaux de communication ne sont pas fiables et de nombreuses zones sont trop dangereuses pour être traversées. Cela signifie qu'une grande partie du territoire est uniquement accessible par voie aérienne.

HI assurre un rôle de coordination logistique pour l'ensemble des associations humanitaires qui viennent en aide aux personnes qui en ont besoin. L'une des grandes priorités consiste à rénover les aérodromes et les pistes d'atterrissage dans les régions isolées afin de permettre aux vols humanitaires de se poser en toute sécurité. HI travaille avec les communautés locales pour mener réparations et opérations de maintenance, notamment le remplissage des nids-de-poule et le défrichage.

HI organise les expéditions en regroupant les marchandises pour plus d'efficacité, gère les plannings, les contrôles de sécurité et le chargement des avions de fret humanitaire, et coordonne les livraisons par voie aérienne. 

Grâce à la solide expérience de HI dans le secteur logistique, nous avons pu transporter 8 590 tonnes de biens humanitaires vers quelques-unes des régions les plus isolées de République centrafricaine en 2017. 
 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International
Urgence

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures, particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.