Aller au contenu principal
 
 

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse

Mines et autres armes
International

Plus de 70 États se sont réunis le 10 février à Genève lors du deuxième cycle de négociations, destiné à aboutir le 26 mai prochain à Dublin à une déclaration politique contre l’usage des armes explosives en zones urbaines.

HI est mobilisée pour obtenir une déclaration politique internationale forte qui protège enfin les civils des armes explosives

HI est mobilisée pour obtenir une déclaration politique internationale forte qui protège enfin les civils des armes explosives | © Martin Crep / HI

Aujourd’hui dans le monde, lorsque les bombardements ont lieu dans les villes, 90 % des victimes sont des civils. Il est urgent d’agir politiquement pour encadrer l’usage d’armes qui n’ont pas leur place dans les villes devenues les champs de bataille d’aujourd’hui.

Parmi les États réunis le 10 février dernier à Genève pour le deuxième cycle de négociations – devant aboutir à une déclaration politique en Irlande le 26 mai prochain – deux tendances se dessinent :

  • une posture à minima, qui se contente de rappeler les principes du Droit humanitaire international avec un impact nul sur le terrain, 
  • une autre, plus ambitieuse, reconnaît l’urgence de limiter l’usage des armes explosives en zones urbaines.
     

LIRE AUSSI | "Bombardements en zones urbaines : Handicap International dénonce la posture de la France qui réduira à néant les efforts pour protéger les civils"

 

Le devoir de réparation doit être reconnu

Handicap International et la coalition INEW présentes lors des phases de négociations pour porter la voix des victimes, soutiennent évidemment la seconde option, pour une déclaration ambitieuse qui s’appuierait sur deux piliers essentiels :

  • stopper l’utilisation des trois familles d'armes les plus destructrices dans les villes en désignant précisément leurs conséquences :

    périmètre de destruction étendu (par exemple les bombes baril),
    imprécision inhérente à l’arme qui ne permet pas de faire la distinction entre combattants et civils (notamment les mortiers),
    - armes dispersant de multiples munitions qui polluent durablement les zones touchées par les bombardements (roquettes Grad 2000).
     
  • reconnaître le devoir d’action et de réparation des États envers les victimes.

D’ici au troisième round de négociations, le 23 mars prochain, les ONG au premier rang desquelles Handicap International, seront particulièrement attentives aux contributions des États, déterminantes pour la teneur finale du texte qui sera ensuite ouvert à signature le 26 mai à Dublin.

Envoyez un mail aux députés du Luxembourg

Soutenez notre action en interpelant les députés de votre circonscription : l'équipe luxembourgeoise de HI a pré-rédigé un e-mail à leur adresser, expliquant pourquoi il est essentiel qu'ils fassent pression sur le gouvernement pour agir contre les armes explosives en zones peuplées. 

AGIR | Rendez-vous sur notre site de campagne www.6moispourgagner.lu

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
a.labbevideau@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Après 11 ans de guerre en Syrie, le déminage reste essentiel
© DR
Mines et autres armes

Après 11 ans de guerre en Syrie, le déminage reste essentiel

Après 11 ans de guerre, la menace de 300.000 restes explosifs pèse sur 10 millions d’habitants.

Les États finalisent l'accord international sur les bombardements en zones peuplées
© HI
Mines et autres armes

Les États finalisent l'accord international sur les bombardements en zones peuplées

Les États se sont mis d'accord le 17 juin dernier sur une version finale de l'accord international sur l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Le texte devrait être adopté à l'automne.

Lundi 27 juin, une frappe aérienne russe aggrave le bilan des victimes civiles.
© Till Mayer / HI
Mines et autres armes Urgence

Lundi 27 juin, une frappe aérienne russe aggrave le bilan des victimes civiles.

La frappe aérienne russe qui a touché un centre commercial bondé à Kremenchuk, dans le centre de l'Ukraine, lundi 27 juin, aggrave le bilan déjà effroyable des victimes civiles dans le pays. Au moins dix personnes ont été tuées et des dizaines blessées. Le bilan va très certainement s’alourdir.