Goto main content
 
 

L'Amérique latine dit STOP aux bombardements des civils

Droit Mines et autres armes
International

Organisée par Handicap International, la conférence régionale contre les bombardements de civils s'est achevée le 6 décembre au Chili. 23 États ont adopté le Communiqué de Santiago, exprimant leur inquiétude sur les effets dévastateurs pour les civils de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

Conférence de Santiago au Chili, les 5-6 décembre 2018, organisée par Handicap International pour sensibiliser les États d'Amérique latine à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées et à l'impact sur les civils

© HI

Le Communiqué de Santiago

23 États ont adopté le 6 décembre 2018 le Communiqué de Santiago, exprimant leur « inquiétude sur le fait que les armes explosives utilisées en zones peuplées causent des morts, des blessés et des traumatismes parmi les civils, endommagent et détruisent des infrastructures et des services essentiels, provoquent des déplacements forcés, laissent des restes explosifs de guerre qui constituent une menace à long terme, perturbent la vie sociale et les activités économiques, et compromettent la sécurité des individus ».

Le communiqué affirme également la nécessité « d’atténuer les dommages humanitaires résultant des effets des armes explosives en zones peuplées ».

La conférence

Conférence de Santiago au Chili, les 5-6 décembre 2018, organisée par Handicap International pour sensibiliser les États d'Amérique latine à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées et à l'impact sur les civilsLe communiqué a été publié à l'issue de deux jours de conférence visant à sensibiliser les États d'Amérique latine aux bombardements des civils. Elle était organisée par Handicap International.

Cette rencontre a permis d’approfondir leurs connaissances sur l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, de les sensibiliser aux impacts humanitaires sur les civils, de les informer sur les différents types d'armes et de défendre l’idée que la réponse politique à apporter repose sur des normes plus strictes pour protéger les civils.

Les participants

38 délégués ont participé à la conférence, représentant 26 États : Antigua-et-Barbuda, Argentine, Barbade, Belize, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Équateur, Guatemala, Guyana, Haïti, Honduras, Jamaïque, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Salvador, Uruguay. Avec également la représentation de l'Irlande, du Mozambique et de la Norvège, déjà engagés dans la lutte contre les bombardements des civils.

Trois représentants des Nations Unies et du Comité international de la Croix-Rouge, des survivants de mines en Colombie, au Salvador et au Chili, ainsi que des militants de la société civile ont également participé à cette conférence qui a réuni 75 personnes au total.

Conférence de Santiago au Chili, les 5-6 décembre 2018, organisée par Handicap International pour sensibiliser les États d'Amérique latine à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées et à l'impact sur les civils

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Covid-19 : HI continue de soutenir les victimes de l’épidémie
© HI
Urgence

Covid-19 : HI continue de soutenir les victimes de l’épidémie

Les équipes de Handicap International poursuivent leurs actions dans plusieurs pays afin d’informer et d’aider les personnes touchées par la crise de Covid-19.

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal
©PBDN
Droit Urgence

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, portrait de Reiza Dejito, mère, femme forte, engagée pour HI, qui travaille depuis 20 ans dans des pays touchés par des crises humanitaires.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.