Goto main content
 
 

Conférence de Genève : Aider les victimes de mines

Droit Mines et autres armes
International
HI est à la conférence des États parties au Traité d’Ottawa qui interdit les mines du 26 au 30 novembre 2018 à Genève. L’association appelle les Etats à soutenir l’assistance aux victimes dont les besoins ont augmenté de façon dramatique ces dernières années.
Conférence des Etats parties au Traité d'Ottawa contre les mines - Novembre 2018 à 2018

Conférence des Etats parties au Traité d'Ottawa contre les mines - Novembre 2018 à Genève | © Baptiste Chapuis / HI

Le rapport 2018 de l'Observatoire des mines, publié la semaine dernière, montre que le nombre de victimes de mines et de restes explosifs de guerre est exceptionnellement élevé, et ce pour la troisième année consécutive. Plus de 7 200 personnes ont été tuées ou blessées par ces armes en 2017. Le rapport souligne également que le financement international de l'aide aux victimes est largement insuffisant alors que les besoins des victimes sont en forte augmentation.

Des besoins multiples

Ces besoins sont multiples. Les victimes peuvent avoir besoin d’être appareillées en prothèse ou orthèse. Elles peuvent avoir  besoin de soins en rééducation et de soutien psychologique dans la mesure où un accident mines est un traumatisme.

Une blessure invalidante a souvent un impact sur l’ensemble de la famille, surtout quand le blessé est la personne qui apportait un revenu et qu’elle ne peut plus travailler. Une victime et son entourage peuvent donc avoir besoin de soutien économique et social : aide au retour au travail, apprentissage, formation...

Les actions de HI pendant la conférence 

Pendant la conférence, HI organise plusieurs activités pour attirer l'attention des délégations des Etats sur la nécessité de soutenir les victimes :

  • Des films sont projetés, illustrant le soutien apporté par HI aux survivants des mines.
  • Mardi 27/11, HI a présenté les résultats d’une étude réalisée au Cambodge sur la coopération entre un pays touché par les mines et un État donateur en matière d'assistance aux victimes.
  • Jeudi 29/11, HI explique les bénéfices tirés de la création d’un réseau des survivants de mines et des personnes handicapées en Amérique latine qui vise à défendre leurs droits.
  • Nos experts en rééducation apportent également leur expérience aux délégations lors de deux ateliers et des nombreuses réunions qui auront lieu dans la semaine.

Regardez la vidéo de Baptiste Chapuis, responsable du plaidoyer chez HI, qui explique la position de HI lors de la conférence.

 
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal
©PBDN
Droit Urgence

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, portrait de Reiza Dejito, mère, femme forte, engagée pour HI, qui travaille depuis 20 ans dans des pays touchés par des crises humanitaires.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie
© S.Khlaifat/HI
Mines et autres armes Réadaptation

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie

En 2015, Salam ramassait des olives dans un champ près de chez elle, en Syrie. Elle a trouvé un drôle de morceau de métal, une petite bombe, qui a explosé. Elle avait tout juste 5 ans.