Go to main content
 

Crise au Bengaldesh : Handicap International renforce ses actions d’urgence

Urgence
Bangladesh

Plus de 500 000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis fin août, fuyant la Birmanie voisine. Handicap International renforce sa réponse humanitaire face à cette crise sans précédent dans la région. Depuis le 25 août, l’association est déjà venue en aide à 15 000 personnes.

Des femmes d'un camps de réfugiés qui attendent de l'aide alimentaire | A. Islam/Handicap International

  • Handicap international a mis en place 7 équipes mobiles. Constituées de kinésithérapeutes, de psychologues, de travailleurs sociaux et d’animateurs pour les enfants, ces équipes sillonnent les camps de réfugiés pour identifier les personnes extrêmement vulnérables (femmes enceintes, enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite), les aiguiller vers les services disponibles, leurs apporter une aide immédiate en réadaptation ou psychologique, ainsi que proposer des activités récréatives aux enfants, traumatisés ou stressés par une telle expérience.
  • Handicap International a mis en place un partenariat avec l’association locale, Center for disabilities and development : un véhicule totalement équipé (matériel pour les séances de kinésithérapie, pour prendre les mesure nécessaires à la pose de prothèses, jouets pour animer de séances récréatives pour les enfants, etc.) permet d’atteindre des zones lointaines ou jusqu’alors incessibles et vient renforcer le travail des équipes mobiles.
  • Handicap International a également établit 4 points d’accueil qui ont deux rôles : centres d’informations, ils dispensent des conseils sur l’hygiène, sur la prévention du choléra, sur les distributions humanitaires… Ils fournissent également des soins en réadaptation, des séances de soutien psychologique et des soins médicaux de base pour les blessures les moins graves. Ces points d’accueil sont situés au milieu des camps de réfugiés nouvellement constitués. Ces spots accueillent une moyenne de 50 personnes par jour. 3 points d’accueil supplémentaires seront mis en place dans les prochains jours.
  • Handicap International est le partenaire du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (UNHCR) pour l’identification des personnes ayant des besoins spécifiques, c’est-à-dire des besoins des personnes dites extrêmement vulnérables (femmes enceintes, enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite), activité qu’elle mènera sur plusieurs points de transit organisés par le HCR.
  • Environ 100 employés de Handicap International et 200 bénévoles sont actuellement à pied d’œuvre pour venir en aide aux réfugiés rohingyas. Près de 700 personnes ont déjà obtenu des séances de réadaptation, 4 000 un soutien psychologique d’urgence, près de 6 000 cas de personnes extrêmement vulnérables ont été recensés.
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés
© Muhammad Azharul Islam / HI
Réadaptation

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés

Ayesha Begum a 22 ans. Elle est réfugiée au Bangladesh depuis début septembre où, avec ses trois enfants, elle a rejoint ses frères dans un abri temporaire aux abords du camp de Kutupalong. Son mari a été tué. Elle participe au club des parents organisé par HI pour apporter un soutien psychosocial aux mères réfugiées.