Goto main content
 
 

Guerre Arménie-Azerbaïdjan : HI évalue les besoins des déplacés

Mines et autres armes Urgence
International

HI évalue les besoins humanitaires des personnes touchées par l'actuel conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan qui provoque d’importants déplacements de population.

Carte du Caucase Sud

Carte du Caucase Sud | © Google Map

Fanny Mraz, directrice des opérations d’urgence chez HI, explique la mission que lance l’association pour évaluer les besoins humanitaires.

 

Que fait HI ?

HI lance une mission d’évaluation des besoins humanitaires des personnes victimes du conflit notamment dans les domaines du soutien psychologique, de la réadaptation physique et de l’accès aux biens de première nécessité.

Quels sont les conséquences du conflit pour les civils ?

Selon des sources fiables, au moins 300 soldats et 50 civils ont été tués depuis le début du conflit. Environ 75 000 personnes seraient déplacées, ce qui représente la moitié de la population du Haut-Karabagh. 90% des déplacés seraient des femmes et des enfants. De nombreux enfants seraient encore au cœur des combats. Les gens se cachent dans des caves. Ils sont terrorisés.

Quelle est précisément la situation dans le Haut-Karabakh, zone disputée entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ?

Le 27 septembre, des combats ont éclaté entre les deux armées régulières de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan qui s’affrontent dans une guerre de territoire. La zone de combat s'est rapidement étendue : des bombardements massifs ont eu lieu dans des zones urbaines telles que Stepanakert, la plus grande ville du Haut-Karabakh (55 000 habitants) et Ganja, la deuxième ville azérie (350 000 habitants) située 100 km plus à l'est. Des bombes à sous-munitions, armes que HI a fait interdire en 2008 avec le Traité d’Oslo, ont été utilisées dans le bombardement de Stepanakert.

Si le conflit continue de s’intensifier, les conséquences humanitaires sur les civils risquent d’être désastreuses.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal
©PBDN
Droit Urgence

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, portrait de Reiza Dejito, mère, femme forte, engagée pour HI, qui travaille depuis 20 ans dans des pays touchés par des crises humanitaires.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie
© S.Khlaifat/HI
Mines et autres armes Réadaptation

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie

En 2015, Salam ramassait des olives dans un champ près de chez elle, en Syrie. Elle a trouvé un drôle de morceau de métal, une petite bombe, qui a explosé. Elle avait tout juste 5 ans.