Go to main content
 

HI et la promotion de l’inclusion en Jordanie

Insertion
Jordanie

Depuis 2016, Handicap International (HI) travaille en étroite collaboration avec les organisations de solidarité locales et internationales pour que les services apportés et les initiatives lancées au sein des camps et des communautés soient accessibles et inclusifs pour les personnes handicapées. De nombreuses personnes ont déjà bénéficié de cette action de l’association dans le pays. 

Ashwaq, dans le centre qu’elle a fondé. | © Elisa Fourt / HI

Aujourd’hui, Wassim, spécialiste en inclusion pour HI, se rend à Dlail, une petite commune jordanienne. Il a rendez-vous avec deux bénéficiaires d’un projet monté en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). « Je travaille à Dlail depuis longtemps et je suis au courant des initiatives lancées dans la région. L’année dernière, le PNUD a proposé de financer des micro-projets montés par la population de cette commune. Je les ai immédiatement contactés, pour donner une dimension inclusive à cette initiative. Durant la formation qu’ils organisaient pour la population locale, j’ai expliqué aux gens comment rendre leur projet accessible à tous. Je connaissais bien les difficultés rencontrées par les personnes handicapées ici et je voulais que celles-ci soient prises en compte si de nouveaux projets voyaient le jour dans la commune. Aujourd’hui, je rends visite à deux personnes qui ont pris mes conseils en considération et qui ont ouvert des endroits accessibles à l’ensemble de la population.»

« Mon centre est ouvert à tous »

Le premier arrêt de Wassim est chez Ashwaq, une professeure jordanienne de 33 ans. L’année dernière, celle-ci a renoncé à son poste dans une école municipale pour se consacrer entièrement au projet dont elle rêvait depuis des années. Elle a ouvert un centre dédié au soutien scolaire pour les enfants ayant des difficultés d'apprentissage. « J’avais déjà l’habitude de faire du tutorat chez moi après le travail, mais cette initiative m’a permis d’ouvrir mon propre centre et cela fait une énorme différence », explique-t-elle.

Parmi les enfants qui fréquentent le centre d’Ashwaq, certains sont handicapés. « Mon centre est ouvert à tous. Nous appuyons notamment des élèves qui ont un léger retard mental, qui ont du mal à suivre les cours, à l’école municipale. Lorsqu’ils viennent ici, les progrès ne se font généralement pas attendre. C’est ce qui me convainc de l’importance de la dimension inclusive de ce projet. C’est plus de travail et d’énergie, mais c’est essentiel de les prendre en compte et de les aider à avoir les mêmes chances que les autres enfants de leur âge. » Wassim rend régulièrement visite à Ashwaq et la conseille sur la meilleure façon d’interagir et d’enseigner à ces enfants.

« Mon rêve est d’ouvrir un supermarché accessible à tous »

Après sa visite du centre, le spécialiste en inclusion reprend la route pour aller voir Mervat. Cette mère de famille de 37 ans a créé un magasin accessible aux personnes handicapées. « Il n’y avait qu’une épicerie dans notre village et elle était fermée trois jours par semaine. Alors, quand c’était le cas, nous devions marcher pendant longtemps avant de trouver un magasin où nous pourrions acheter ce dont nous avions besoin. J’ai pensais toujours à quel point cela devait être dur pour une personne handicapées… J’en connais quelques-unes dans le quartier et je voulais trouver une solution pour simplifier un peu leur vie. Alors, quand j’ai entendu parler de cette initiative, j’ai décidé de proposer mon projet. »

Il y a quelques mois, Mervat a ouvert son propre magasin dans le village. Elle y vend des produits de base, des confiseries, des vêtements de seconde main et même des plats faits maison. Elle a installé une rampe pour que les personnes ayant des difficultés pour se déplacer puissent également accéder à sa boutique. « Les résultats ont dépassé toutes mes attentes. Mon activité est très vite devenue rentable et j’ai de nombreux clients qui me rendent visite régulièrement. Mon rêve, si cela continue comme ça, est de construire un supermarché accessible à tous », ajoute-t-elle en souriant.

Pour Ashwaq et Mervat, l’intervention de Handicap International a fait une vraie différence lorsqu’elles montaient leur projet. Les deux femmes jordaniennes, à travers leur initiative, souhaitent contribuer à l’inclusion des personnes handicapées dans la société.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans le camp de Bentiu
© Till Mayer / HI
Insertion

Pour des services humanitaires adaptés aux personnes handicapées dans le camp de Bentiu

Le récent rapport de HI et IOM[1] établit un bilan de la situation au sein du camp de protection des civils de Bentiu, au Soudan du Sud : pour les personnes handicapées, les conditions de vie sont difficiles et les services humanitaires ne répondent pas suffisamment à leurs besoins. Des pistes d’amélioration sont proposées.


[1] IOM = International Organization for Migration

Prince, le boxeur solidaire
© HI Lux
Insertion

Prince, le boxeur solidaire

Ce 28 avril 2018, Prince Junior (champion du Benelux et champion d’Europe WKU) a remporté son combat lors du Gala de boxe Kings Of Muay Thaï.

Etre handicapée dans un camp de réfugiés
© Philippa Poussereau / HI
Insertion

Etre handicapée dans un camp de réfugiés

Lalu, 9 ans, est née avec une paralysie cérébrale. Elle et sa famille sont originaires du Myanmar. Ils sont arrivés au Bangladesh en septembre dernier. A cause de son handicap, il est difficile pour Lalu d’être réellement intégrée dans le camp de réfugiés et d’avoir accès aux différents services. HI lui est venue en aide.