Accès direct au contenu
 
 

HI rappelle que les atteintes aux bénéficiaires sont inacceptables

Droit
International

Suite aux révélations concernant les comportements inacceptables de personnels humanitaires, HI réaffirme que de tels faits ne peuvent être tolérés ou justifiés, dans quelque contexte que ce soit. 

HI a rappelé à son personnel l’importance de la protection des bénéficiaires et les procédures d’alertes permettant de signaler des faits portant atteinte à des bénéficiaires, des faits de corruption ou toute autre action allant à l’encontre des règles de l’organisation. 

Ces règles sont définies par les politiques institutionnelles qui fixent précisément le cadre dans lequel chaque salarié doit s’inscrire lorsqu’il s’engage avec HI. La politique de Protection des bénéficiaires contre l’Exploitation et les Abus sexuels (PEAS), disponible sur les réseaux internes de HI, et sur internet en version anglaise et française, désigne les comportements qui ne sont pas tolérables et sont sanctionnés quand ils sont avérés. Cette politique PEAS est complétée par une politique de Protection de l’enfance, destinée à prévenir les atteintes aux enfants, une politique Genre, ainsi qu’une politique de Lutte contre la fraude et la corruption. Ces différents documents s’appliquent à tous les collaborateurs au sein de l’organisation, ainsi qu’aux organisations partenaires. Ils sont présentés à tout nouveau collaborateur de HI au moment de son recrutement, lequel s’engage à les respecter.


Par ailleurs, dans les prochains jours, HI va diffuser à tous ses salariés, un code de conduite qui a été initié il y a près d’un an. Ce document, qui s’applique à l’ensemble des équipes HI dans le monde, est un élément essentiel de la mise en œuvre de nos politiques institutionnelles. Il vise à protéger tous les bénéficiaires des actions de HI, directs et indirects, ainsi que les personnes des communautés qui sont en contact avec ces actions, en particulier les enfants, les femmes, les personnes handicapées et toute personne en situation de vulnérabilité.

HI a également rappelé à l’ensemble de ses salariés (terrains, associations nationales et sièges) qu’un mécanisme d’alerte permet à tout collaborateur de signaler des faits contraires aux politiques institutionnelles, et particulièrement des faits concernant des abus envers des bénéficiaires. 


Par ailleurs, pour les personnes  et organisations extérieures à HI, un dispositif en ligne de réclamations est disponible en anglais et en français.  
Dans les prochaines semaines, HI va examiner l’ensemble des dispositifs de protection des bénéficiaires et les dispositifs d’alerte, de manière à identifier les améliorations qui pourraient être apportées afin de renforcer leur efficacité.
 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils
© P. Houliat / HI
Mines et autres armes Technologie

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils

Alors que Handicap International se bat pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zone urbaine, un rapport révèle que 29.499 personnes ont été tuées ou blessées par ce type d’engin en 2019 dans le monde. 66% d’entre-elles étaient des civils.

Le changement climatique : une menace majeure pour les plus vulnérables
© Jéthro-Claudel Pierre Jeanty/HI
Urgence

Le changement climatique : une menace majeure pour les plus vulnérables

HI est sous pression en raison de l'augmentation des catastrophes liées au climat.

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.