Goto main content
 
 

Huit ONG œuvrant au Yémen condamnent l'attaque qui a tué 13 civils dont 4 enfants

Mines et autres armes
Yémen

Le lundi 15 juin, une attaque au Nord du Yémen a fait 13 morts, tous des civils. Inacceptable pour huit ONG, dont Handicap International, qui travaillent au Yémen auprès des populations.

Une mère porte son enfant à Sana'a

Une mère porte son enfant à Sana'a | ISNA Agency / HI

Agissez au Luxembourg

Handicap International Luxembourg relance sa campagne de mobilisation « 6 mois pour gagner » auprès du grand public après une suspension due à la crise sanitaire. C'est donc avec 6 mois « de plus » pour gagner que l'ONG poursuit son combat contre le bombardement de civils.

Interpellez vos députés sur www.6moispourgagner.lu

 

Mohamed Abdi, directeur du Norwegian Refugee Council au Yémen :

« Ces 13 personnes n'auraient pas dû être attaquées et leurs familles ne devraient pas les pleurer aujourd'hui. Une enquête doit avoir lieu et les responsables de leur mort doivent rendre compte de leurs actes s'il est confirmé que cette frappe a violé le droit humanitaire international. »

Le lendemain, de nombreuses attaques aériennes ont également eu lieu à Sanaa, y compris dans des zones résidentielles.

689 enfants victimes en 2019

L'attaque contre ces 13 civils s'est produite le jour de la publication du rapport de l'ONU sur les enfants et les conflits armés, dans lequel la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite et les Etats arabes unis a été retirée de la liste noire violant les droits des enfants pour la première fois en trois ans. Et ce malgré le fait que, selon le rapport, la coalition a tué et blessé 222 enfants au Yémen l'année dernière. Au total, toutes les parties prenantes au conflit ont été responsables de 689 victimes parmi les enfants en 2019.

Les violences ont continué pendant le cessez-le-feu

Un cessez-le-feu unilatéral avait été annoncé par l'Arabie saoudite en avril dernier mais rien n’indiquait qu’il était appliqué sur le terrain. Ce cessez-le-feu a pris fin depuis. Les violences des parties au conflit ont continué pendant le cessez-le-feu, y compris les frappes aériennes et les bombardements.

Muhsin Siddiquey, directeur national d'Oxfam au Yémen, déclare : « Nous condamnons toute violence de la part des parties au conflit. Ce dont la population au Yémen a besoin plus que jamais, c'est d'un cessez-le-feu national et d'un retour aux négociations entre les belligérants. Plus de cinq ans après l'escalade de ce conflit sanglant, il est grand temps que des mesures soient prises pour que la paix puisse revenir au Yémen. »

ONG signataires de la déclaration :

  • CARE
  • Danish Refugee Council
  • Handicap International  
  • Mercy Corps
  • Norwegian Refugee Council
  • Oxfam
  • Saferworld
  • Save the Children

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
a.labbevideau@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»
© Eric Elter / HI
Mines et autres armes Sensibilisation

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»

Comme vous l'aurez certainement vu dans les différents médias luxembourgeois, Handicap International, en plus d'agir sur le terrain, se mobilise également sur la scène internationale.

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Droit Inclusion Mines et autres armes Réadaptation Santé

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.