Go to main content
 

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Urgence
Bangladesh

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

Farhana et Ibrahim après une séance de kinésithérapie

Farhana et Ibrahim après une séance de kinésithérapie | © HI / P. Poussereau

Ma première rencontre avec Ibrahim a été très difficile. Après avoir passé plusieurs semaines alitées, sans pouvoir bouger, il ne supportait pas sa nouvelle condition et avait perdu tout espoir. Il était renfermé, hostile, et il ne voulait même pas essayer de s’asseoir.

Ibrahim est originaire de l’État de Rakhine, au Myanmar. Il a fui son village lors d’une l’attaque en août, mais il a été rattrapé, passé à tabac et laissé pour mort. Gravement touché à la colonne vertébrale, toute la partie basse de son corps est restée paralysée.

Lors de cette première rencontre, j’ai compris à quel point la vie d’Ibrahim avait radicalement changé. Quelques mois plus tôt, il était commerçant, en pleine santé, capable de subvenir aux moyens de sa femme et de ses deux enfants. Maintenant, il était couché sous une bâche et totalement dépendant de sa famille. Je savais que nous débutions un long voyage avec lui et que l’aide psychologique serait tout aussi importante que les soins physiques.

Après deux mois de séances, je suis à chaque fois impatiente de retrouver Ibrahim et je sais à quel point mes visites sont importantes pour lui. Les progrès sont lents, ce qui est normal, mais il est très motivé ; il s’applique à répéter les exercices que je lui ai montrés.

Le mois dernier, HI lui a fourni un fauteuil roulant et nous travaillons ensemble à développer sa musculature au niveau des bras et de la ceinture abdominale pour qu’il puisse trouver son équilibre et se propulser lui-même. Rien que de pouvoir quitter son foyer, faire de menus achats et discuter avec les voisins a un impact considérable sur sa santé et son humeur. Maintenant, nous plaisantons et nous parlons de l’avenir.

C’est la première fois que je travaille auprès de réfugiés et parfois c’est très dur. Voir les progrès d’Ibrahim et la différence que mes collègues et moi faisons pour sa vie me motive chaque matin.

Une équipe de 300 employés et bénévoles de HI répond aux besoins urgents des réfugiés rohingyas depuis le début de la crise en août 2017.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Etre handicapée dans un camp de réfugiés
© Philippa Poussereau / HI

Etre handicapée dans un camp de réfugiés

Lalu, 9 ans, est née avec une paralysie cérébrale. Elle et sa famille sont originaires du Myanmar. Ils sont arrivés au Bangladesh en septembre dernier. A cause de son handicap, il est difficile pour Lalu d’être réellement intégrée dans le camp de réfugiés et d’avoir accès aux différents services. HI lui est venue en aide.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.