Go to main content
 

« J’ai perdu ma jambe en plusieurs fois »

Réadaptation
Syrie

Victime d’un bombardement en 2013 en Syrie, Mohsen avait perdu une jambe. Handicap International (HI) a permis à ce Syrien de 25 ans, réfugié au Liban, de recevoir une prothèse. L’association lui propose également des sessions de kinésithérapie depuis son arrivée dans le pays .  

Mohsen a été amputé de la jambe droite suite à une blessure mal soignée en Syrie | © E. Fourt / Handicap International

Quand Mariam, kinésithérapeute de Handicap International se présente devant la tente de Mohsen, c’est la mère du Syrien qui l’accueille. « Il est sur la route, il ne va pas tarder », indique Aïda, d’un ton enjoué. Quelques minutes plus tard, un jeune homme d’une vingtaine d’années arrive sur une petite moto. A première vue, rien ne laisse penser que Mohsen souffre d’un quelconque problème de santé. « Cela n’a pas toujours été le cas », indique alors sa mère, « il a des années de réadaptation derrière lui ». Mohsen retire ses chaussures avant d’entrer sous la tente. Un pied droit figé laisse deviner sa prothèse. « J’ai perdu ma jambe en plusieurs fois » commente-t-il.

 

C’est en 2013 que Mohsen est victime d’un bombardement, mais il ne se fait amputer qu’un an après. « Je me souviens juste de l’énorme explosion ce jour-là. Des éclats d’obus se sont infiltrés dans ma jambe et l’ont fracturée par deux fois », raconte-t-il. Le Syrien est emmené à l’hôpital le plus proche et est opéré en urgence. « Mais les blessés étaient tellement nombreux qu’ils n’ont pas pu me garder bien longtemps… Le lendemain, j’étais de retour chez moi. » Au fil du temps, les fixations externes, censées renforcer les os dans la jambe de Mohsen, génèrent des infections. « Mon cas s’est tellement aggravé que les médecins n’ont pas eu d’autre choix que de m’amputer. »

L’épouse et la mère de Mohsen, déjà réfugiées au Liban, l’encourage à les rejoindre rapidement. «Les services de santé étaient devenus quasi-inexistants dans notre région en Syrie. Ma mère et Iman m’ont dit qu’ici, je pourrais être soigné correctement. Alors, j’ai pris la route du Liban. » Peu de temps après son arrivée dans le pays, Mohsen rencontre les professionnels de Handicap International. Ils font en sorte qu’il puisse être appareillé d’une prothèse à sa taille et lui font bénéficier de séances de kinésithérapie.

« Ces exercices m’ont permis de me remettre debout » explique-t-il. « Tous les jours depuis trois ans, je m’entraîne et je progresse. J’ai l’impression de retrouver un peu de ma vie d’avant. En Syrie, je travaillais comme ouvrier. Cela m’a pris des mois pour retrouver un emploi ici, mais j’y suis finalement arrivé. Mon employeur m’a laissé ma chance, malgré ma jambe en moins. Il a vite compris que cela ne me faisait pas perdre en performance ». Mohsen sort son téléphone portable de sa poche et montre fièrement à l’équipe de l’association une vidéo de lui en train d’œuvrer sur un chantier. « Me remettre debout et recommencer à travailler m’a permis d’améliorer la vie de mes proches ici. C’est ce qui comptait le plus pour moi », conclue-t-il en souriant.  

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »
© Nadia Todres/HI
Réadaptation

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »

A l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, Handicap International (HI) organise un évènement à Port-au-Prince, en Haïti, qui vise à mobiliser les autorités au sujet de la thématique de la réadaptation dans le pays. HI propose notamment une exposition photo et un concert, qui sera donné par le chanteur B.I.C., star haïtienne et ambassadeur de l’association.

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés
© Muhammad Azharul Islam / HI
Réadaptation

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés

Ayesha Begum a 22 ans. Elle est réfugiée au Bangladesh depuis début septembre où, avec ses trois enfants, elle a rejoint ses frères dans un abri temporaire aux abords du camp de Kutupalong. Son mari a été tué. Elle participe au club des parents organisé par HI pour apporter un soutien psychosocial aux mères réfugiées.