Go to main content
 

« J’ai peur pour ma fille »

Urgence
Irak

Il y a près d’un mois, la famille de Sinat est arrivée dans le camp de Khazer, qui accueille environ 30 000 personnes ayant fui la ville de Mossoul et ses environs. Sinat souffre de paralysie cérébrale et ses parents s’inquiètent beaucoup de son état de santé. Une équipe Handicap International leur a rendu visite pour que la petite fille bénéficie de soins de kinésithérapie.

Hana et ses trois enfants, dans sa tente.

Hana et ses trois enfants, dans sa tente. | © E. Fourt / Handicap International

Assise à même le sol, Hara tient deux de ses trois enfants dans les bras. Sinat, presque deux ans, semble dormir à points fermés. A côté d’elle, son petit frère de 4 mois regarde l’équipe de Handicap International faire son entrée dans la tente familiale. Mohamad, kinésithérapeute et Diana, travailleuse sociale, se présentent à Hana. Des voisins les ont informés que l’un de ses enfants souffre de paralysie cérébrale et ils souhaitent lui venir en aide. Hana accepte l’offre des professionnels de l’association et les invite à s’installer sur le matelas posé par terre, à côté d’un berceau en bois. Sinat se réveille alors et Mohamad la prend dans ses bras. « Je n’ai appris que récemment ce dont ma fille souffrait vraiment », explique Hana au kinésithérapeute.

« Le jour où Sinat est née, elle n’a pas pleuré et j’ai tout de suite compris qu’il y avait un problème. Les docteurs m’ont dit qu’elle avait de grosses difficultés à respirer mais que tout irait bien. Ils l’ont opérée et m’ont expliqué que le prochain bilan de santé aurait lieu lorsqu’elle aurait un an. Ce n’est qu’il y a deux mois que j’ai appris qu’elle souffrait d’une paralysie cérébrale », ajoute-t-elle.

Mohamad fait une première évaluation de l’état de santé de Sinat. « Elle souffre d’une déformation importante au niveau de la colonne vertébrale et de la hanche. La kinésithérapie est essentielle pour cette petite et si nous n’agissons pas rapidement, son état va empirer considérablement », explique-t-il alors qu’il fait faire quelques exercices au bébé. Il commente chacun de ses gestes pour qu’Hana puisse les reproduire quotidiennement, à partir de maintenant. Très concentrée, la mère de Sinat pose des questions et regarde attentivement les mouvements du kinésithérapeute.

« J’ai très peur pour elle », confie Hanna à Mohamed. « Nous venons de vivre deux ans d’angoisse, d’exécutions, de menaces et d’explosions en tous genres… Dieu merci, je ne peux pas me plaindre de la vie dans le camp, après ça. Mais je suis encore très anxieuse quand je pense à l’avenir de mes enfants. Sinat, à cause de sa maladie, me préoccupe d’autant plus. J’aimerais tellement qu’elle grandisse comme toutes les autres petites filles de son âge… » 

Alors que la session se termine, Hana prend Sinat dans ses bras. « Vous savez quelle est l’ironie de toute cette histoire ? », dit-elle alors calmemement, « Nous sommes originaires de Khazer. Il y a deux ans, lorsque le groupe Etat Islamique est arrivé dans notre village, nous avons fui vers Mossoul. Jamais nous n’aurions pensé qu’ils prendraient le contrôle d’une si grande ville. Aujourd’hui, nous sommes de retour dans notre village d’origine. Mais nous vivons dans un camp. J’espère que nous pourrons bientôt retourner dans la maison que nous avons quittée il y a deux ans. Me sentir chez moi m’aidera à tourner la page et à me faire moins de souci pour mes enfants. »

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées
©Henri Bonnin / Handicap International
Urgence

Handicap International au chevet des victimes des crises oubliées

Les Nations unies viennent de déclarer la crise qui secoue la République Démocratique du Congo (RDC) comme une urgence de Niveau 3, une qualification qui implique une situation massivement dégradée à travers le pays. Handicap International, qui intervient sur plusieurs fronts et depuis 1994 en RDC, mène des projets auprès des personnes les plus vulnérables dans la région du Kasaï (centre), mais aussi dans le Kivu (Est) et à Kinshasa.