Accès direct au contenu
 
 

Journée internationale des droits de l'homme

Droit
International

Être soigné, aller à l'école, travailler, s'exprimer, faire du sport, avoir des loisirs… Pour que ces droits fondamentaux soient les droits de tous et que les plus vulnérables ne soient plus exclus de la société, Handicap International agit, dans près de 60 pays, pour en promouvoir le respect.

Droit à l’éducation: Patience , 17 ans, réfugiée ougandaise au Kenya, a contracté une maladie qui l’a laissée sans l’utilisation de ses jambes. Grâce à HI, elle a subi une opération, des séances de kinésithérapie et un  soutien matériel et psychologique qui lui ont permis  de regagner le bancs de l’école.

Droit à l’éducation: Patience , 17 ans, réfugiée ougandaise au Kenya, a contracté une maladie qui l’a laissée sans l’utilisation de ses jambes. Grâce à HI, elle a subi une opération, des séances de kinésithérapie et un soutien matériel et psychologique qui lui ont permis de regagner le bancs de l’école. | © Kate Holt/HI

Ce 10 décembre, nous célébrons le 70ème  anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par l’Assemblée générale des Nations Unies.  Si les droits de l’Homme sont universels, ils s’appliquent également aux personnes handicapées. 

" Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droits. "

Mais l'article 1er de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 est loin d’être une réalité pour plus d'un milliard de personnes handicapées, soit 15 % de la population mondiale. 80 % des personnes handicapées vivent dans les pays en développement. Parmi les plus pauvres, une personne sur cinq vit avec un handicap.

Les personnes handicapées ont les mêmes droits et besoins que les autres. Cependant les enfants handicapés n’ont souvent que très peu de chances d’accéder à l’école primaire ; les discriminations auxquelles les personnes handicapées sont confrontées pour accéder à l’emploi condamnent nombre d’entre elles à la pauvreté.

Ainsi, le respect de leurs droits est au cœur des préoccupations de Handicap International depuis sa création en 1982.

Être soigné, aller à l'école, travailler, s'exprimer, faire du sport, avoir des loisirs… Pour que ces droits fondamentaux soient les droits de tous, Handicap International agit et milite auprès des pouvoirs politiques nationaux et internationaux.

Témoigner et influer

L’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2006 de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, à laquelle Handicap International a largement contribué, représente une autre avancée majeure. Cette convention a été ratifiée depuis par 168 États, soit les trois-quarts des pays de la planète. La Convention a marqué une avancée majeure pour la défense de leurs droits. Mais ces dernières sont toujours l'objet de discriminations graves et multiples.

Dans les pays où elle intervient et avec les associations de personnes handicapées, Handicap International promeut la ratification de cette Convention et soutient sa mise en œuvre effective par les États. L’association appuie aussi l’élaboration de lois et politiques nationales qui permettent aux personnes handicapées d’accéder aux services publics (école, mairie, maternité…).

Un environnement accessible

Une des conditions de la réalisation des droits pour tous est la possibilité d’accéder aux informations, services et infrastructures dans tous les domaines (école, mairie, transports…). La conception d’environnements accessibles à tous est indispensable pour permettre aux personnes handicapées d’accéder, utiliser les services et participer à la vie de leur communauté. 

Handicap International agit pour que les infrastructures, les moyens de transports, d’information et de communication soient accessibles à tous, sans barrière liée au handicap. Par exemple : en appuyant la construction de rampes d’accès, en concevant des pompes à eau manipulables par le plus grand nombre, en formant les architectes à prendre en compte les besoins du public handicapé, ou encore en facilitant l’accès à la formation en langue des signes.

Soutenir les mouvements associatifs

Handicap International a pour objectif de donner les moyens aux personnes handicapées de promouvoir et de défendre leurs droits par elles-mêmes (accès aux services de santé, à l'éducation, à l'emploi, aux sports, aux loisirs…). 

Pour cela, elle aide les associations à se structurer et à devenir des porte-paroles légitimes des personnes handicapées. Ces actions sont indispensables pour leur permettre de participer activement à la vie de leur société, de donner leur avis et d’être entendues.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils
© P. Houliat / HI
Mines et autres armes Technologie

30.000 victimes d’armes explosives en 2019, dont une majorité de civils

Alors que Handicap International se bat pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zone urbaine, un rapport révèle que 29.499 personnes ont été tuées ou blessées par ce type d’engin en 2019 dans le monde. 66% d’entre-elles étaient des civils.

Le changement climatique : une menace majeure pour les plus vulnérables
© Jéthro-Claudel Pierre Jeanty/HI
Urgence

Le changement climatique : une menace majeure pour les plus vulnérables

HI est sous pression en raison de l'augmentation des catastrophes liées au climat.

Pour un monde sans mines en 2025
© G. Lordet / HI
Droit Mines et autres armes

Pour un monde sans mines en 2025

La Conférence pour un monde sans mines, à laquelle Handicap International a participé, s'est achevée vendredi 29 novembre, à Oslo (Norvège). Les États parties au Traité d'interdiction des mines ont adopté un plan d'action de 5 ans pour la mise en œuvre des obligations du Traité – dont notamment le déminage - jusqu’en 2025.