Go to main content
 

« La crise des Rohingyas est une crise majeure »

Urgence
Bangladesh

Qu’est-ce qu’une crise humanitaire majeure ? Vanessa Cardamone, coordinatrice préparation aux urgences à pour Handicap International, se trouvait au Bangladesh mi-septembre pour soutenir les équipes de l’association sur place et les soutenir dans la réponse à cette nouvelle urgence. Elle explique ce qui fait la spécificité de la crise des Rohingyas :

Réfugiés rohingysa fuyant le Myanmar

Réfugiés rohingysa fuyant le Myanmar | V. Cardamone / Handicap International

« Ce qui fait la gravité d’une crise, c’est tout d’abord le nombre de personnes concernées : les 500 000 personnes qui ont fui la Birmanie depuis fin août viennent grossir les rangs de 300 000 réfugiés déjà présents au Bangladesh depuis de nombreuses années. L’autre critère, c’est l’extrême soudaineté de cette dernière crise avec l’afflux massif de centaines de milliers de personnes en un temps record : en moins d’un mois, un demi-million de personnes se retrouvent dans le district de Cox’s Bazaar ! Cela a des conséquences humanitaires très lourdes.

Surtout que la région de Cox Bazaar est une des plus pauvres et vulnérables du Bangladesh. Les services publics et privés sont insuffisants, les possibilités d'emploi très faibles et les ressources naturelles limitées. Cette région côtière fait continuellement face à des catastrophes naturelles, principalement des cyclones et des inondations.

Un grand nombre de réfugiés sont blessées : ils ont été brûlées, blessées par des armes à feu, se sont fracturé un membre pendant leur fuite qui s’est faite à pied dans la jungle sous la pluie, dans le chaos le plus total. Et ils arrivent au Bangladesh avec rien d’autre que les vêtements qu’ils portent. Et la capacité de réponse médicale des ONG ou des services du pays est encore insuffisante…

Les besoins humanitaires sont immenses : distribution de nourriture, accès l’eau potable, obtention d’abris temporaires… L’aide humanitaire d’urgence n’est pour l’instant couverte qu’à moins de 20%. C’est aussi cela qui constitue la gravité de cette crise… Si des besoins de base ne sont pas satisfaits, des personnes sont en danger de mort !

Les réfugiés abandonnés

La situation des réfugiés est vraiment désastreuse. Des milliers de personnes se sont installées le long de la route dans l’espoir d’obtenir de l’aide. Beaucoup dorment à la belle étoile alors que la saison des pluies commence. Des réfugiés font leurs besoins là ils peuvent, ce qui peut engendrer des risques de contaminations assez élevés. Des femmes enceintes accouchent dans des conditions particulièrement précaires ; des enfants ont perdu leurs parents… Le chaos est total. Les financements nécessaires pour organiser la réponse d’urgence peinent à se concrétiser.

Handicap International répond à la crise

Nous avons très vite commencé à adapter nos actions à cette nouvelle urgence : nos activités de réadaptation étaient jusqu’alors destinées à suivre les patients sur le long terme. Elles ont été réorientées : maintenant, nous prenons en charge les personnes soignées par des services médicaux ou par des ONG. L’exemple type, c’est la personne qui a eu une opération chirurgicale et qui a besoin de kinésithérapie post-opératoire, ce qui est dispensé par HI. C’est une étape indispensable pour éviter la survenue de handicaps.

Nous proposons également de l’aide psychologique d’urgence car l’écoute immédiate de personnes traumatisées par les violences qu’elles ont fuies est primordiale.

Enfin, nous menons un travail d’identification qui, pour faire simple, consiste en des enquêtes de proximité, menées par des équipes mobiles, ce qui permet d’identifier les personnes les plus vulnérables et de cerner leur besoins.

Dès que les financements seront disponibles, nous pourrons répondre également aux besoins de base de réfugiés, avec des distributions de nourriture et de biens non alimentaires.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés
© Muhammad Azharul Islam / HI
Réadaptation

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés

Ayesha Begum a 22 ans. Elle est réfugiée au Bangladesh depuis début septembre où, avec ses trois enfants, elle a rejoint ses frères dans un abri temporaire aux abords du camp de Kutupalong. Son mari a été tué. Elle participe au club des parents organisé par HI pour apporter un soutien psychosocial aux mères réfugiées.