Goto main content
 
 

Les démineurs de Handicap International de retour en Casamance, au Sénégal

Mines et autres armes
Sénégal

De nombreux restes explosifs continuent de mettre en danger les populations qui vivent dans cette région du sud du Sénégal et dissuader les nombreux déplacés internes qui pourraient y revenir.  

Un démineur de HI, pilotant une machine de déminage en Casamance

Un démineur de HI, pilotant une machine de déminage en Casamance | © HI

Handicap International a relancé ses activités de déminage en Casamance. Celles-ci avaient dû être interrompues il y a plus d’un an, par manque de financement. D’ici à juillet prochain, nos équipes projettent de dépolluer 70 000m² de terres (soit l’équivalent de 10 terrains de football) au sein des localités de Djibanar et Niagha, situées à l’est de Ziguinchor, où vivent quelques 22 500 personnes. Ils viendront ainsi s’ajouter aux 400 000m² déjà déminés dans la région, depuis 2008.

Rendre leurs terres aux communautés.

Vingt ans après la ratification du traité d’Ottawa par le Sénégal, près de 1,2 million de m² de terres demeurent contaminés en Casamance, que ce soit par des mines antipersonnel ou d’autres restes explosifs de guerre. Une contamination qui date des années 80-90, lorsque de violents affrontements avaient opposés l’armée sénégalaise et les combattants indépendantistes casamançais. 

Elle s’étend sur des routes, des sentiers, mais aussi et surtout sur de nombreuses terres agricoles : sources de revenu vitales pour les habitants de la région. A travers ses activités de déminage, HI entend donc rendre ces terres aux familles auxquelles elles appartiennent : leur permettre de se les réapproprier sans danger, et de pouvoir y circuler et en y cultiver librement.

A termes, ce travail de déminage entend donc avoir un impact bénéfique direct sur le développement économique et humain de ces localités, et indirectement, sur celui de toute la région. Des changements positifs qui par ailleurs, pourraient aussi encourager le retour de quelques-uns des milliers de déplacés internes qui avaient fuis la Casamance plusieurs années auparavant, et que cette contamination dissuadait de revenir.  

Une présence historique

Les équipes de HI sont présentes au Sénégal depuis 1996. Elles ont commencé à travailler en Casamance en 1999, afin d’apporter des soins de réadaptation physique et psychologique aux victimes de mines et d’informer les communautés locales sur les risques liés aux restes explosifs de guerre.

Dans les années qui suivent, HI mène un vaste projet d’enquête auprès des populations de 82 communes casamançaises, afin de déterminer et de délimiter avec elles, les zones de la région comportant un risque particulier, et celles à déminer en priorité. 
C’est en 2008 et en se basant sur les résultats de ces enquêtes, que HI lance ses premières activités de déminage à proprement parler en Casamance. L’organisation est à ce jour, le seul opérateur de déminage humanitaire présent au Sénégal.  
 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
a.labbevideau@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»
© Eric Elter / HI
Mines et autres armes Sensibilisation

Handicap international : «Nous invitons la population à écrire l’histoire»

Comme vous l'aurez certainement vu dans les différents médias luxembourgeois, Handicap International, en plus d'agir sur le terrain, se mobilise également sur la scène internationale.

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane
© Jaweed Tanveer / HI
Droit Inclusion Mines et autres armes Réadaptation Santé

Handicap International poursuit ses activités auprès de la population afghane

La plupart des activités de Handicap International en Afghanistan auprès des plus vulnérables ont repris après une interruption de quelques jours. Les besoins humanitaires sont immenses dans ce pays dévasté par des décennies de conflits, l’un des plus contaminés au monde par les restes explosifs de guerre et les mines antipersonnel.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.