Accès direct au contenu
 
 

Le confinement aggrave la situation des enfants handicapés

Insertion Réadaptation
Pakistan

À cause du COVID-19, le Pakistan est en quarantaine, tout comme les activités organisées par Handicap International pour les enfants vulnérables.

Samina au centre aéré avec ses camarades

Samina au centre aéré avec ses camarades | © HI

Samina, âgée de 7 ans, ne peut ni marcher, ni utiliser ses mains pour certaines tâches comme se laver, se peigner ou tenir des objets. Elle participe habituellement à ces activités pour enfants et suit des exercices de réadaptation avec Handicap International, avec un vrai changement pour sa santé. Mais les activités pour enfants sont à présent ajournées à cause du COVID-19.

Samina était exclue à cause de son handicap. Jusqu'à ce que Handicap International l’inscrive au groupe d'enfants dans son quartier. Les activités étant actuellement interrompues, Handicap International trouve le moyen d'atténuer l'impact de son isolement sur elle et sa famille.

Il y a quelques semaines…

A cause de la propagation de COVID-19, Samina est confinée dans sa maison, et se trouve à nouveau en situation d’isolement. Avant l'apparition de la pandémie, elle sortait tous les jours, jouait avec d'autres enfants et se faisait des amis pour la première fois de sa vie.

Avant qu'on lui fournisse un fauteuil roulant, ses amis la portaient dans la cour de récréation pour qu'elle puisse participer aux mêmes activités qu'eux. Samina recevait également des soins de réadaptation au centre de base communautaire. Elle faisait des exercices de physiothérapie 3 à 4 fois par jour pour améliorer sa mobilité et mieux utiliser ses mains. 

La famille de Samina vit dans un camp de personnes déplacées depuis neuf ans après avoir fui les violences armées. Son père est ouvrier journalier. "Nous sommes très pauvres", dit sa mère. Nous n'étions pas en mesure de fournir un traitement médical à Samina. Mais grâce à l'équipe de Handicap International, elle est maintenant devenue plus forte."

Malgré le confinement, Samina doit poursuivre ses exercices de rééducation

Les activités habituelles au Pakistan ont été interrompues à cause de la pandémie. Samina est revenue à sa vie d'avant, quand elle restait dans son lit dans un coin de la maison, sans amis ni jouets pour passer le temps. Mais Handicap International a trouvé un moyen d'atténuer l'impact du confinement sur Samina et sa famille.

"Toutes les améliorations que nous avons constatées concernant  son état physique et mental au cours des derniers mois risquent d'être perdues", explique Sumaira Bibi, responsable du suivi de la fillette. "Samina était très heureuse après chaque activité extérieure et nous observions clairement une amélioration visible de son développement intellectuel et moral. Les enfants ont besoin d'interagir avec d’autres enfants et de jouer. En jouant, en manipulant des jouets, elle a appris à mieux bouger et utiliser ses mains et ses doigts. De telles activités sont essentielles pour leur bien-être et leur croissance. Samina doit également poursuivre ses exercices de rééducation pour s'assurer qu'elle ne perdra pas totalement sa mobilité".

« Nous sommes restés en contact »

Par mesure de protection, comme nos travailleurs communautaires ne sont pas en mesure de poursuivre les activités avec les enfants tous ensemble pendant le confinement, ils trouvent des moyens de leur apporter quand même un soutien.

"Nous sommes restés en contact avec la mère de Samina pour nous assurer qu'elle effectue régulièrement ses exercices de thérapie physique avec elle à la maison. "Il est important de maintenir sa mobilité. Des séances sur la santé et l'hygiène sont également organisées avec sa famille pour les aider à se protéger du COVID-19, en respectant la distance sociale. Sa famille recevra également un kit d'hygiène et de la nourriture", explique Sumaira.

La famille est fortement impactée financièrement par la crise

Le père de Samina n'a pas pu travailler ces trois dernières semaines à cause du confinement et la famille a peu à manger. Comme de nombreux parents, la mère et le père de Samina ont beaucoup de peine à voir leurs enfants aussi frustrés, déprimés et impuissants depuis cette crise sanitaire.

Ils espèrent que la situation s'améliorera rapidement, et aussi que Samina pourra retrouver le groupe d'enfants pour jouer à nouveau. C'est non seulement amusant pour elle, mais c'est surtout la meilleure des thérapies.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants

Ce jeudi 24 septembre, l’Union européenne distingue HI à deux reprises, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation (E.C) pour "une Aide Humanitaire High-Tech et Durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

 

Rana, kinésithérapeute pour HI: "J'aide des enfants victimes de bombardements"
© Photo HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé

Rana, kinésithérapeute pour HI: "J'aide des enfants victimes de bombardements"

Rana Abdel Al est libanaise. Elle travaille pour HI en tant que kinésithérapeute auprès de réfugiés syriens victimes de bombardements. Elle sera au Luxembourg du 1er au 3 octobre pour la Pyramide de HI et témoignera auprès de ministres et députés.

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab
© HI
Prévention et santé Réadaptation Santé

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab

Dans le camp de réfugiés de Dadaab, les familles d’enfants handicapés sont particulièrement vulnérables durant la crise liée au COVID-19.  Le manque d'argent ne leur permet plus d'acheter de la nourriture pour survivre.