Go to main content
 

Mossoul : Plus d’un million de déplacés depuis le début de l’offensive

Mines et autres armes Prévention et santé Réadaptation Urgence
Irak

En Octobre 2016, les forces armées irakiennes lançaient une offensive pour reprendre Mossoul, en Irak. Depuis, plus d’un million de personnes ont été   déplacées[1]  Il y a deux semaines, le dernier assault était lancé sur la vieille ville, où des centaines de milliers de civils étaient encore pris au piège et où les combats ont redoublé d’intensité.[2]  Une situation hautement préoccupante pour Handicap International.


 [1]29/06 - IOM: Since the beginning of the Mosul operations, the cumulative number of IDPs (whose locations of displacement and/or return have been identified) reached 170,246 families, corresponding to 1,021,476 individuals. Of these, 819,534 individuals are still in displacement.

« Plus d’un million de civils ont du fuir Mossoul et ses enirons depuis le début de l’offensive. Et on estime qu’il y a encore plus de 100 000 personnes, dont la moitié sont des enfants, qui sont bloquées dans la vieille ville, où les combats ont lieu actuellement », indique Maud Bellon, coordinatrice terrain pour la réponse d’urgence de l’association. 

Intensification des combats

« Les combats sont très intenses et les civils font face à une situation extrêmement risquée », ajoute-t-elle. « Plusieurs rapports font état de milliers de personnes utilisées comme boucliers humains. Des centaines d’autres se font tirer dessus lorsqu’elles essaient de fuir le conflit. En coopération avec les autres acteurs humanitaires, nous essayons chaque jour d’apporter notre aide aux blessés qui arrivent dans les hôpitaux. Et nous intervenons aussi auprès de la population déplacée dans les camps, parmi laquelle se trouve un grand nombre de personnes nécessitant des soins de réadaptation. »[1] 

Malnutrition et traumatismes

« Un certain nombre de civils arrivant à fuir la ville souffrent également de malnutrition[2]  et sont dans un état de fatigue extrême. De plus, nos équipes interviennent auprès de beaucoup de personnes qui sont en état de détresse psycho-sociale face à ce qu’elles ont vécu au cours des derniers mois. Nous redoublons d’efforts pour leur venir en aide avec des sessions de soutien psycho-social », ajoute Maud Bellon. Handicap International a également déployé des psychologues sur le terrain, pour les cas de traumatisme les plus sévères au sein de la population.

Multiplication des retours

Outre l’assistance apportée aux déplacés, l’association intervient également auprès des civils prenant la décision de se réinstaller à Mossoul. Depuis le début de l’offensive, plus de 200 000 civils sont déjà repartis dans leur zone d’origine. « De plus en plus de gens décident de rentrer chez eux, dans les zones de la ville désormais contrôlées par l’armée. Plus de 50 000 personnes sont reparties depuis le début du mois. Les conditions de vie dans les camps sont particulièrement difficiles : il fait très chaud, il n’y a toujours pas d’électricité… Alors, beaucoup de déplacés décident de rentrer, malgré les risques que cela peut représenter », indique la coordinatrice terrain de l’association. « Nous les sensibilisons aux dangers des restes explosifs de guerre et engins explosifs improvisés, pour qu’ils puissent les identifier et s’en protéger, une fois de retour à Mossoul et ses environs. » 


[1]http://reliefweb.int/report/iraq/hundreds-civilians-flee-mosul-loses-grip-city

Fighting is very intense in the Old City and civilians are at extreme, almost unimaginable risk. There are reports that thousands, maybe even tens of thousands, of people are being held as human shields [by Islamic State]," Lise Grande, the UN humanitarian coordinator in Iraq, said in a statement. "Hundreds of civilians, including children, are being shot.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau
Urgence

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils
© Elias Saade / HI
Mines et autres armes

Bombardements aériens : des conséquences dévastatrices sur les civils

Un nombre record de civils ont été tués lors de bombardements en 2016 en Syrie. Et un civil sur quatre tué par des bombardements aériens en zones urbaines avait moins de 18 ans, rapporte une étude publiée dans le Lancet Global Health sur la base de chiffres collectés par le Violence Documentation Centre (VDC). En cause, l’utilisation des armes explosives en zones peuplées - pratique contre laquelle s’est engagée Handicap International (HI) - et leurs effets dévastateurs sur les civils.  

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »
©HI / Philippa Poussereau
Urgence

« Je ne veux pas être un fardeau pour ma famille »

Parmi les 625 000 réfugiés Rohingya au Bangladesh, plusieurs centaines vivent avec un handicap grave. Leurs familles doivent lutter pour prendre soin d’eux dans les conditions de vie difficiles des camps. Noorayesha est partiellement paralysée et ne peut pas quitter sa tente.