Goto main content
 
 

Comment l’«effet domino» a anéanti le Yémen : nouveau rapport HI

Mines et autres armes Mobilisation
Yémen

Handicap International fournit les preuves des conséquences à long terme de l’usage d’armes explosives en zones peuplées au Yémen dans un nouveau rapport, financé par le Luxembourg.

Hôpital Al-Joumhori à Taiz détruit par des attaques aériennes en 2016

Hôpital Al-Joumhori à Taiz détruit par des attaques aériennes en 2016 | HI

À travers six exemples concrets, le document démontre qu’il suffit d’une seule frappe aérienne pour faire tomber successivement la sécurité alimentaire, sanitaire, l’économie et les services essentiels de tout un pays: un «effet domino» dévastateur.

Le rapport «Condamnation à mort pour les civils: l'impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen» dénonce de quelle façon les bombardements en zone urbaine ont anéanti des décennies de développement.

Missiles aériens, tirs d’artillerie, mortiers, engins explosifs improvisés: en cinq ans de guerre, la population a été victime de toutes sortes d’armes explosives, qui ont détruit ponts, routes, hôpitaux et causé des dommages durables. Les infrastructures nécessaires à l'alimentation, au transport, à la santé et à l'approvisionnement en eau, sont à terre.

Des systèmes qui s’écroulent les uns derrière les autres

Handicap International montre dans ce rapport à quel point les bombardements de ces cinq dernières années impacteront la vie des Yéménites pour des décennies: c’est l’«effet domino», bien connu des travailleurs humanitaires.

L’exemple du port de Hodeidah, cible d’une frappe aérienne au tout début du conflit, est parlant. Ce seul incident a suffi pour déclencher des conséquences en cascade:

  • Immédiatement, la capacité de ce port, le plus important du Yémen, réceptionnant normalement 70 à 80% des importations de nourriture, médicaments et carburant, a été réduite de manière drastique
     
  • Ensuite, la sécurité alimentaire des populations a été menacée, à cause du manque de denrées disponibles, engendrant aussi une forte augmentation des prix (+28%)
     
  • Et peu à peu, les réserves de carburant, nécessaire aux générateurs de courant, se sont taries, entraînant la perturbation des transports de biens, des systèmes d’alimentation en eau, de traitement des déchets et des établissements de soins

Le retour de maladies telles que le choléra est favorisé

Ce bombardement de 2015 a, encore aujourd'hui, des effets néfastes sur le quotidien de millions de Yéménites, et cela va se poursuivre pour de nombreuses années. Alison Bottomley, responsable Plaidoyer pour HI à Sanaa, et co-autrice du rapport, explique:

«Ici, la moitié des établissements de santé ne fonctionnent plus et les bombardements répétés ont fini par dévaster les infrastructures sanitaires, ce qui favorise le retour de certaines maladies liée à l’eau contaminée, comme le choléra»

Avec ce nouveau document, Handicap International va poursuivre son combat entamé en 2019 en faveur d’une déclaration politique internationale forte contre l’usage d’armes explosives en zones peuplées.

6 mois «de plus» pour gagner!

Le processus diplomatique engagé en octobre vient de reprendre, après une suspension des travaux de plusieurs mois due au Covid-19. De même, une série d’événements, déterminants pour les négociations et prévus ce printemps, est reportée à la fin de cette année.

C’est donc avec 6 mois «de plus» pour gagner que Handicap International relance sa campagne de mobilisation dans 8 pays, dont le Luxembourg. L’an passé, les citoyens avaient envoyé plus de 3.000 e-mails aux députés luxembourgeois via le site www.6moispourgagner.lu pour leur demander de faire pression sur le gouvernement.

Objectif: que le Luxembourg prenne position dans le processus diplomatique en cours et s’affirme, comme il l’a fait par le passé pour l’interdiction des mines anti-personnel, en tant que  pays moteur dans la protection des civils.

Nous avons de nouveau besoin de vous!

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie
© S.Khlaifat/HI
Mines et autres armes Réadaptation

La vie de Salam a volé en éclats à cause des restes explosifs en Syrie

En 2015, Salam ramassait des olives dans un champ près de chez elle, en Syrie. Elle a trouvé un drôle de morceau de métal, une petite bombe, qui a explosé. Elle avait tout juste 5 ans.

HI construit un centre de rééducation à Sanaa, au Yémen
© HI
Réadaptation Urgence

HI construit un centre de rééducation à Sanaa, au Yémen

HI a construit un centre de rééducation à Sanaa, au nord du Yémen. Les patients auront accès à des équipements spécifiques comme des tables de consultation, etc. Ce centre vient compléter l'hôpital Al-Kuwait, l'un des principaux hôpitaux de la ville.