Aller au contenu principal
 
 

Il y a un an : l’explosion à Beyrouth, le 4 août 2020

Urgence
Liban

La responsable de l’action d’urgence pour HI au Liban Zeina Salhani raconte le jour de la catastrophe.

Scènes de destruction dans la zone de quarantaine à Beyrouth prises près de 2 semaines après l'explosion

Scènes de destruction dans la zone de quarantaine à Beyrouth prises près de 2 semaines après l'explosion | © Tom Nicholson / HI

Zeina Salhani, responsable de l’action d’urgence pour HI au Liban au moment de l’explosion, nous livre son témoignage.

ZeinaQuels sont vos souvenirs de ce tragique événement ?

Mon souvenir le plus marquant, ce sont les cris des gens dans la rue et les personnes blessées. Je suis encore très émue en pensant aux familles des personnes qui ont été tuées. Ces souvenirs restent vivaces, notamment du fait que les familles des victimes ne connaissent toujours pas les raisons de l’explosion.

J’essaie de ne pas repenser à tout ce que j’ai vécu ce jour-là, au moment de l’explosion. Nous avons tous eu une telle peur pour nous-mêmes et nos familles... Nous étions en état de choc. Nous nous demandions tous ce qui s’était passé. L’explosion elle-même n’a duré que quelques instants mais nous avons vécu et ressenti tant de choses à ce moment-là.

Comment avez-vous vécu l’intervention de HI ?

La catastrophe a touché le personnel de HI. Nous n’avons pas souffert physiquement de l’explosion, mais chacun d’entre nous connaît un membre de sa famille ou un ami qui a été blessé. Nous avons été émotionnellement et psychologiquement impactés. Pressés par la nécessité d’agir, nous n’avons pas pris le temps d’analyser ces émotions.

L’explosion a eu un impact bien plus important que ce que nous aurions pu prévoir. Les services de santé ont été durement touchés et de nombreux hôpitaux de la zone ont été détruits. À l’époque, la pandémie de Covid-19 faisait rage. Les hôpitaux étaient déjà pleins et ont dû accueillir un flux supplémentaire de patients. En tant que membre de HI, j’ai pu aider les autres et agir. J’étais si fière de faire partie de cette équipe. Notre principal objectif consistait à atteindre les plus vulnérables. Nous savons que certaines personnes sont souvent laissées de côté dans les situations d’urgence, notamment les personnes âgées et les personnes handicapées. Nous devions donc localiser ces personnes et leur venir en aide comme aux autres personnes touchées par l’explosion.

Comment HI a répondu à l’urgence ?

Au lieu de demander aux gens de venir dans les centres pour bénéficier des services, nous sommes allés les trouver chez eux. Cela a facilité l’accès aux services spécifiques, en particulier pour les personnes qui ne peuvent se rendre dans les centres : nous allons chez les gens, dans la rue et dans les quartiers ; nous demandons aux personnes et à leur famille quels sont leurs besoins et leurs priorités du moment. Cela nous permet de ne laisser personne de côté, en particulier les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées. Nous fournissons ensuite les services habituels : réadaptation, réadaptation fonctionnelle, santé mentale, distribution d’aides techniques, trousses d’hygiène et d’hygiène féminine, etc. Pour les services qui ne sont pas proposés par HI, nous avons veillé à bien orienter les personnes et à effectuer un suivi étroit afin de nous assurer que leurs besoins ont été correctement pris en charge.

Cette approche a été largement acceptée par les bénéficiaires, qui ne manquent pas de nous le faire savoir. Ils affirment que c’est la première fois qu’une organisation leur fournit des services de façon aussi respectueuse. Un jour, alors que je marchais dans la rue avec un t-shirt portant le logo de HI, un jeune homme m’a interpelée pour me dire que nous les avions aidés, sa mère et lui. Lors de l’évaluation de la satisfaction des bénéficiaires, nous avons également reçu des commentaires extrêmement positifs. Les personnes interrogées ont appelé de leurs vœux des services supplémentaires, mettant en avant la demande et les besoins existants.

Qu’avez-vous pensé du soutien international ?

Nous allons bientôt commémorer le 4 août 2020. Profitons-en pour remercier tous les donateurs qui ont soutenu les actions de HI et d’autres organisations après l’explosion. Les ONG constituent le premier recours de la population, à l’heure où les services publics se font rares et où les habitants n’ont plus les moyens d’y accéder. Les ONG sont ainsi devenues les principaux prestataires de services et les principaux soutiens de la population. Les besoins supplémentaires ne sont pas simplement liés au fait qu’un an s’est écoulé depuis l’explosion. Dans cette situation complexe, les besoins et l’aide nécessaire augmentent chaque jour.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?
Nous sommes là pour vous renseigner

Aude Labbé-Videau

Aude Labbé-Videau
Chargée de Communication / Éducation au Développement et à la Sensibilisation
(+352) 42 80 60 33
a.labbevideau@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En Haïti, HI aide Jérôme à reprendre confiance en lui
© Jean Marie Jakomina / HI
Réadaptation Urgence

En Haïti, HI aide Jérôme à reprendre confiance en lui

Jérôme a été durement éprouvé par le séisme d’août 2021, puis par un AVC. HI lui fournit des séances de réadaptation et de soutien psychosocial pour l’aider à surmonter ces épreuves.

Lundi 27 juin, une frappe aérienne russe aggrave le bilan des victimes civiles.
© Till Mayer / HI
Mines et autres armes Urgence

Lundi 27 juin, une frappe aérienne russe aggrave le bilan des victimes civiles.

La frappe aérienne russe qui a touché un centre commercial bondé à Kremenchuk, dans le centre de l'Ukraine, lundi 27 juin, aggrave le bilan déjà effroyable des victimes civiles dans le pays. Au moins dix personnes ont été tuées et des dizaines blessées. Le bilan va très certainement s’alourdir.

Les blessures complexes causées par des armes explosives en Ukraine
© T.Mayer / HI
Réadaptation Urgence

Les blessures complexes causées par des armes explosives en Ukraine

Gaëlle Smith, spécialiste de Handicap International en réadaptation d'urgence, explique la gravité des blessures dues aux explosions en Ukraine et l'importance d'une réadaptation précoce.