Go to main content
 

Ouragan Irma en Haïti : « Se préparer à affronter un défi logistique »

Urgence
Haïti

Après avoir frappé violemment plusieurs îles de la Caraïbe dont Porto Rico et Saint Martin, l’ouragan Irma se rapprochait ce jeudi en fin de journée de la côte Nord d’Haïti. Dans ce pays régulièrement affecté par des catastrophes naturelles de grande ampleur, les équipes de Handicap International s’attendent à des difficultés majeures pour accéder aux zones les plus touchées. Avec la nécessité de venir en aide aux familles pendant de très longs mois.

(Archive) Logistique

(Archive) Logistique | William Daniels / Handicap International

L’ouragan Irma devait passer au large de la côte Nord d’Haïti ce jeudi. Mais la violence des vents et des averses qui les accompagnent font craindre des conséquences effroyables pour les habitants de cette région. La ville de Cap Haïtien, plus importante concentration de population du Nord de l’île compte plus de 300 000 habitants, dont une part importante vit dans des bidonvilles.

« Compte tenu de la précarité d’une grande partie des habitations, dont certaines sont composées de tôles, de bois et de terre, on peut s’attendre à ce que de très nombreuses familles se retrouvent sans toit après le passage d’Irma. Et probablement sans moyens de subsistance, s’inquiète Patrick Kelders, responsable des actions de Handicap International pour Haïti. Mais la principale difficulté que nous devrons affronter dès que l’alerte sera levée, sera de parvenir à nous rendre dans la région touchée par l’ouragan, à cause de routes coupées, d’arbres arrachés… ». L’objectif premier est d’abord d’évaluer les besoins d’éventuelles victimes après le passage de l’ouragan, que les besoins matériels.

Une équipe de Handicap International est dès lors prête à se rendre au Nord de l’île pour assurer une évaluation de la situation. « Il est possible que nous soyons confrontés à un immense défi logistique après le passage de l’ouragan, celui de l’acheminement de l’aide humanitaire, ajoute Patrick Kelders. Cela pourrait nous conduire à déployer une plateforme logistique, comme nous avons pu le faire en 2016 après le passage du cyclone Matthew. Avec des lieux de stockage, et une flotte de camions chargés de convoyer l’aide humanitaire vers les victimes de la catastrophe ». Handicap International travaille avec les autres organisations présentes en Haïti et les autorités pour préparer cette intervention.

« La pérennité des activités en cours sur l’île et la mise en œuvre d’un nouveau projet d’aide à la résilience des populations dans le nord-ouest (gestion des risques de désastres), en lien avec les autorités, reste en effet un objectif essentiel ; une mission exploratoire chargée d’évaluer l’ampleur des besoins dans cette partie de l’île est aussi en préparation », ajoute Patrick Kelders.

Handicap International, présente dans le pays depuis 2008, est intervenue suite à l’ouragan Matthew, en octobre 2016, ainsi que lors du séisme de 2010. L’association, qui compte une trentaine de salariés dans le pays, mène également des projets de réduction de risques de catastrophes naturelles en lien avec la Direction de la protection civile dans plusieurs départements du pays.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones
© E.Pajot/ HI

Les réfugiés rohingyas se préparent à affronter la pluie et les cyclones

Le plus grand camp de réfugiés du monde est construit sur des collines déboisées, dans une zone sujette aux inondations, au sud du Bangladesh. Avec les pluies attendues en avril et la menace imminentes des cyclones, le personnel de HI se prépare aux conséquences pour les plus vulnérables des inondations et des glissements de terrain.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale
© Handicap International

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de HI détruit dans la Goutha orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge. 390 000 civils sont assiégés et soumis à des bombardements intensifs, à des attaques aériennes et à des de bombes barils, dans l’enclave de la Ghouta orientale, avec un accès de plus en plus difficile à l’eau, la nourriture et aux médicaments.

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »
© HI / P. Poussereau

« J’ai compris à quel point sa vie avait changé »

Farhana, kinésithérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Ibrahim est l’un des 600 000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana raconte sa rencontre avec Ibrahim et le travail qu’ils ont fait ensemble.