Goto main content
 
 

Rosette, jeune démineuse

Mines et autres armes
République démocratique du Congo

Dans le camp de démineurs de Handicap International à Mukuwanjama, tous surnomment Rosette Bwagwa, "Rosy". La jeune femme démineuse a changé d'orientation professionnelle à 31 ans.

Rosette, désormais démineuse pour HI.

Rosette, désormais démineuse pour HI. | © Till Mayer / Handicap International

Auparavant, Rosette travaillait comme infirmière : elle a vu des patients blessés par des mines. Plus tard, elle a été touchée par un reportage télévisé sur le déminage et a voulu changer de métier.

« Je veux contribuer moi aussi pour que les gens puissent vivre en sécurité dans leurs villages. »

Rosy est donc devenue démineuse. Cela la rend triste de ne pas voir ses trois enfants parfois pendant plusieurs semaines. « Mais ma mère prend bien soin d'eux », ajoute-elle. Le père de la jeune femme a été bouleversé quand elle a décidé de faire ce travail dangereux. Maintenant, il accepte la décision de Rosette.

« Je n'ai pas encore trouvé de mine. Quand j'en trouverai une, je sais que je n'aurai pas peur. Je suis bien préparée », dit fièrement la jeune femme.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

 « Volcan Nyiragongo : de nombreuses personnes ont perdu leur logement »
© HI
Urgence

« Volcan Nyiragongo : de nombreuses personnes ont perdu leur logement »

Témoignage de Jérémy Mouton, chargé de veille et préparation aux urgences pour HI, en direct de la République démocratique du Congo : 

Volcan Nyiragongo à Goma, Nord-Kivu : Handicap International vient en aide aux plus vulnérables
© J. De Beaucorps / HI
Urgence

Volcan Nyiragongo à Goma, Nord-Kivu : Handicap International vient en aide aux plus vulnérables

HI vient en aide aux plus vulnérables après les déplacements de populations liées à l’éruption du volcan Nyiragongo à proximité de Goma, au Nord Kivu (République démocratique du Congo).

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.