Goto main content
 
 

Au Nord Kivu : réadaptation d’urgence pour 1.600 victimes

Mines et autres armes Réadaptation Santé Urgence
République démocratique du Congo

Pendant deux ans, les kinés et psychologues de Handicap International se sont rendus dans des zones où le niveau d’insécurité est très élevé, au Nord Kivu, afin d'offrir des soins de réadaptation d’urgence.

Séance de soutien psychosocial pour enfants victimes de conflits à Rutshuru, au Nord Kivu, avec HI

Kisubizo, victime de conflits, suit une séance de rédaptation avec Jean Claude Karengane, kiné de HI à Rutshuru | © Patrick Meinhardt / HI

La République démocratique du Congo est marquée par une pauvreté chronique (8e pays le plus pauvre au monde), des conflits armés et intercommunautaires et une crise humanitaire depuis plus de vingt ans, qui s’aggrave ces dernières années.

On estime que 15,6 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire.

Affrontements armés, violences sexuelles et kidnappings

Le pays abrite aujourd’hui plus de 5 millions de personnes déplacées, soit la plus grande population de déplacés internes (qui ont quitté leur région suite à des conflits, etc.) en Afrique. 30% d’entre eux sont au Nord Kivu. De plus, entre janvier et septembre 2019, au moins 35.000 incidents de protection (violences sexuelles, kidnappings, etc.) ont été enregistrés – dont 30% au Nord Kivu.

La province du Nord Kivu reste la plus affectée. Les territoires de Masisi, Walikale et Ruthsuru, où HI intervient, sont le théâtre d’affrontements armés, de banditisme, et connaissent ces derniers mois une intensification des combats. Près de 70 groupes armés sont actifs dans la région et des milliers de kidnappings commis par des groupes rebelles ont été enregistrés dans la région.

De nombreuses femmes sont aussi victimes de viols. Enfin, des épidémies (Ebola, choléra, rougeole) affectent des milliers de personnes, et les risques de catastrophes naturelles sont importants (le volcan Nyiragongo est le plus dangereux d’Afrique). Dans ce contexte, les personnes blessées et handicapées sont particulièrement vulnérables.

Un projet à l'impact "indéniable"

En deux ans, plus de 1.600 personnes blessées ou handicapées (victimes de conflit, de violences conjugales, d’un accident de la route) ont  bénéficié de séances de réadaptation avec des kinésithérapeutes de HI à Ruthsuru, Mweso, Virunga, Masisi et Tsikaji (Kasai Oriental). L’organisation a aussi distribué plus de 770 béquilles, canes, fauteuils roulants et tricycles aux personnes qui en avaient besoin, et plus de 800 kits d’hygiène.

« Sur le territoire de Rutshuru, qui compte plus de 69.000 personnes, HI est la seule ONG qui propose des soins de réadaptation d’urgence. Beaucoup d’ONG ont quitté le territoire car les risques liés à l’insécurité étaient trop importants. L’impact de ce projet est indéniable »,

explique Albert Nikiema, chef de projet réadaptation de HI en RDC.

 

Des psychologues de HI ont aussi mené des séances de soutien psychologique individuelles et collectives auprès de plus de 1.500 personnes traumatisées :

« Les victimes de violence sont souvent détruites psychologiquement. Nous proposons des séances individuelles ou collectives, où les patients s’expriment, partagent leur histoire, se soutiennent. Les enfants reprennent confiance en eux en participant à des activités ludiques. Ce soutien psychologique accompagne systématiquement les séances de réadaptation, c’est essentiel»,

explique Jonathan Kakule, psychologue de HI.

Des formations en médecine et soins infirmiers

HI a aussi renforcé l’accès des centres de santé pour les victimes de conflit, en formant des médecins, infirmiers et kinés à la prise en charge et au suivi post-opératoire des blessés, en formant des psychologues, agents psychosociaux (à la prise en charge de victimes de violences), en assurant les frais de transport des patients qui se rendent aux centres de santé, et en assurant certains frais médicaux (radiographies, etc.).

HI a aussi aménagé des salles d’activités (destinées au soutien psychosocial notamment) dans les centres de santé, et des entrepôts où stocker le matériel de kinésithérapie qui encombrait, auparavant, les espaces consacrés aux séances de réadaptation.  

Le projet de réadaptation et soutien psychosocial mené au Nord Kivu se clôture fin février 2020, faute de financements, bien que les besoins des populations affectées restent immenses.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Sacha VICIC
Chargé de Communication
(+352) 42 80 60 23
s.vicic@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI est aux côtés de la population en Centrafrique
© Adrienne Surprenant / HI
Réadaptation Santé

HI est aux côtés de la population en Centrafrique

En RCA, où les tensions sont vives, les services de logistique et de réadaptation de HI permettent d’aider les populations les plus vulnérables.

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal
©PBDN
Droit Urgence

Reiza Dejito, mère, humanitaire et engagée pour HI au Népal

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, portrait de Reiza Dejito, mère, femme forte, engagée pour HI, qui travaille depuis 20 ans dans des pays touchés par des crises humanitaires.

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »
© B.Blondel / HI
Mines et autres armes

« Je pense qu’il faudra au moins deux générations pour reconstruire une Syrie dévastée »

Après 10 ans de guerre, la Syrie est totalement contaminée par les restes explosifs, une contamination qui est du jamais-vu pour les experts. Quand le conflit cessera, le déminage et la reconstruction seront extrêmement complexes. Explications d’Emmanuel Sauvage, directeur de la réduction de la violence armée chez HI.