Accès direct au contenu
 
 

LA NOUVELLE PROTHÈSE DE SEDIQULLAH, 8 ANS

Réadaptation
Afghanistan

En Afghanistan, plus de 1 000 personnes sont victimes chaque année de mines ou d'engins explosifs. Parmi elles, au moins la moitié sont des enfants, comme Sediqullah, 8 ans. Découvrez son histoire en vidéo.

Sediqullah est suivi par Handicap International pour changer régulièrement sa prothèse

© Handicap International

 

 

Sediqullah est un jeune garçon de 8 ans qui a reçu une prothèse après avoir perdu sa jambe dans l'explosion d'une mine antipersonnel en 2013. Il est venu avec son père au centre de réadaptation de Handicap International à Kandahar.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org


Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter
© Phil Sheppard / HI
Réadaptation Santé Urgence

COVID-19 : Les kinés de Handicap International sensibilisent au sujet des mesures d’hygiène à respecter

Face à la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le monde, les équipes de Handicap International (HI) adaptent leurs activités et viennent en aide aux populations à risque. L’association informe notamment les populations locales au sujet des gestes d’hygiène à respecter. Pauline Falipou, experte en réadaptation d’urgence pour HI, témoigne.

Au Nord Kivu : réadaptation d’urgence pour 1.600 victimes
© Patrick Meinhardt / HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé Urgence

Au Nord Kivu : réadaptation d’urgence pour 1.600 victimes

Pendant deux ans, les kinés et psychologues de Handicap International se sont rendus dans des zones où le niveau d’insécurité est très élevé, au Nord Kivu, afin d'offrir des soins de réadaptation d’urgence.

« J’ai été fusillée. J’ai perdu mari et enfant. Ma tristesse ne s’en va pas. »
© Patrick Meinhardt / HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé Urgence

« J’ai été fusillée. J’ai perdu mari et enfant. Ma tristesse ne s’en va pas. »

Kanyere Mwamini, 24 ans, a été victime des conflits qui déchirent la région du Nord Kivu.