Go to main content
 

Les enfants marqués par la guerre

Réadaptation Santé
Libye

Handicap International est présente en Libye depuis 2011 à travers des actions diverses. L’association concentre maintenant son intervention sur l’aide aux enfants à Tripoli : une équipe mobile va chaque jour au devant des enfants présentant des besoins en réadaptation ; une campagne de sensibilisation sur les risques psychosociaux et l’inclusion des enfants handicapés vise à terme plus de 3 000 personnes.

Un enfant pris en charge par Handicap International

Handicap International

Aller au devant des besoins

L’équipe mobile composée d’un kinésithérapeute et de deux travailleurs psychosociaux sillonne chaque jour les camps de déplacés et les alentours de Tripoli, les déplacés logeant parfois chez des familles d’accueil. Elle repère les personnes handicapées, en priorité les enfants, présentant des besoins liés à leur handicap. 27 personnes ont déjà reçu des soins en réadaptation en un mois. 50 personnes dont 33 enfants ont été orientées vers les centres de santé les plus proches pour une aide psychologique ou en réadaptation.

Les familles déplacées sont très mal informées sur les services médicaux disponibles, les horaires, les tarifs, etc. Des personnes restent sans les soins dont elles ont besoin alors que les services existent. C’est pourquoi, en complément des activités de l’équipe mobile, l’association prévoit de produire une brochure d’information sur les centres de santé à Tripoli, leurs emplacements, leurs spécialités.

 

Inclure les personnes handicapées

Les équipes profitent de leur contact avec les déplacés pour les sensibiliser à ce qu’est le handicap, prodiguant des conseils pour mieux inclure les personnes handicapées à la vie de famille, du groupe ou du quartier.

Elles informent également les déplacés sur les troubles psychosociaux et les services disponibles : après cinq ans de guerre intermittente et de multiples déplacements pour fuir les combats, beaucoup d’enfants présentent des signes d’anxiété, de dépression, voire de traumatisme psychologique. Or les questions psychologiques sont taboues en Libye. L’association met les familles concernées en relation avec les organisations proposant une aide adaptée, comme des activités récréatives, des séances de prise parole en groupe… Handicap International prévoit ainsi de sensibiliser et d’orienter 3 000 personnes.

 

Soutenir les structures de santé

Handicap International appuie également le département de kinésithérapie de quatre hôpitaux et centres de soins, en faisant des dons d’équipements, comme des béquilles, des déambulateurs, des fauteuils roulants. L’association prévoit également de dispenser des formations aux personnels médicaux pour leur apprendre à repérer les individus présentant des troubles psychosociaux. 

 

Les risques des armes

Handicap International continue de sensibiliser les gens aux risques causés par les mines antipersonnel, les restes explosifs de guerre et les armes légères et de petits calibres, actions qu’elle mène depuis fin 2015 [lien web info antérieure]. Un total de 44 sessions ont été menées depuis début septembre, touchant près de 900 personnes.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »
© Nadia Todres/HI
Réadaptation

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »

A l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, Handicap International (HI) organise un évènement à Port-au-Prince, en Haïti, qui vise à mobiliser les autorités au sujet de la thématique de la réadaptation dans le pays. HI propose notamment une exposition photo et un concert, qui sera donné par le chanteur B.I.C., star haïtienne et ambassadeur de l’association.

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés
© Muhammad Azharul Islam / HI
Réadaptation

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés

Ayesha Begum a 22 ans. Elle est réfugiée au Bangladesh depuis début septembre où, avec ses trois enfants, elle a rejoint ses frères dans un abri temporaire aux abords du camp de Kutupalong. Son mari a été tué. Elle participe au club des parents organisé par HI pour apporter un soutien psychosocial aux mères réfugiées.

Être réfugié avec un handicap
© Hossain Moazzem / HI
Réadaptation

Être réfugié avec un handicap

Abu Sadeq fait partie des 600 000 Rohingyas qui ont fui la Birmanie depuis le 25 août dernier. Atteint d’une invalidité récente, il raconte sa vie dans le camp d’Uchinprang au Bangladesh :