Go to main content
 

« On la voit bouger, interagir avec les autres et on est heureux »

Réadaptation
Jordanie

Firial a trois ans et vit en Jordanie. Atteinte de trisomie, elle a du mal à se déplacer et à coordonner ses mouvements. Elle fréquente régulièrement l’un des centres partenaires de Handicap International (HI), où elle bénéficie de séances de kinésithérapie gratuites. 

Manal, Hamzeh et Firial, lors d’une session de kinésithérapie. | © E. Fourt / Handicap International

Lorsque Firial fait son entrée dans le centre de réadaptation de Zarqa ce matin, elle semble ravie à l’idée de commencer une nouvelle session. Un grand sourire illumine le visage de la petite fille lorsqu’elle voit Manal s’approcher d’elle. La kinésithérapeute et Firial se connaissent bien désormais : elles entament aujourd’hui leur vingtième séance de réadaptation ensemble.

Hamzeh, professionnel de HI, raconte : « L’histoire de Firial est une source d’encouragement pour nous. J’ai rarement vu une petite fille si enthousiaste à l’idée de faire de la kinésithérapie et qui progresse si vite… Cela nous encourage à continuer ce que l’on fait. » Tamam, la mère de la petite fille, confirme : « Lorsque nous avons appris que Firial était atteinte de trisomie, je pensais que rien ne pouvait être fait pour qu’elle aille mieux. Et puis, un jour, on m’a parlé de ce centre. Je ne savais même pas ce qu’était la kinésithérapie. Lorsque nous sommes venus pour la première fois, ma fille était incapable de se tenir debout et elle avait beaucoup de mal à communiquer avec nous. Ces séances de réadaptation hebdomadaires ont changé notre quotidien du tout au tout. On la voit bouger, interagir avec les autres et on est heureux. On a de l’espoir à nouveau. »

Hamzeh et Manal entament une série d’exercices avec la petite fille sous l’œil attentif de Tamam. La kinésithérapeute du centre commente : « Aujourd’hui, nous allons essayer d’augmenter le nombre de pas que peut faire Firial sans tomber. Elle peut déjà en faire cinq, ce qui est nouveau. Son équilibre s’améliore avec le temps. A plus long terme, nous voudrions qu’elle soit totalement indépendante et je pense que nous y arriverons. Je suis sûre qu’elle pourra marcher seule, dans quelques mois. »

Firial souffle dans ses mains et envoie un baiser à sa mère. « Vous voyez, ça aussi c’est nouveau ! », s’exclame Tamam en souriant. « Ces sessions de kinésithérapie ne font pas qu’améliorer sa capacité à bouger, elles l’aident également à échanger et partager avec nous. » La mère de Firial est désormais déterminée à garantir le meilleur des avenirs pour sa fille. Les séances de réadaptation l’ont aidée à étendre son champ des possibles. « Que ce soit à l’école ou à la maison, je veux qu’elle soit heureuse et qu’elle se sente acceptée comme elle est. Je pense que la kinésithérapie va contribuer à cela et va l’aider à vivre sa vie plus facilement. J’ai compris qu’un enfant atteint de trisomie ne voulait pas dire que tout s’arrêtait là. Je souhaite vraiment que ma fille vive au maximum de ses capacités. Firial est brillante et aimante, elle a beaucoup à apporter à notre vie et à celle des gens qui croiseront son chemin. »

 

En savoir plus : Ce projet, mis en place par HI en 2017 en Jordanie, apporte un soutien à différents centres de santé dans le pays, à travers du don d’équipements et la formation de leurs employés aux techniques de réadaptation. Ce projet privilégie l’approche de réadaptation à base communautaire (CBR) : ce sont des volontaires identifiés par HI au sein des communautés et des camps, qui identifient eux-mêmes les bénéficiaires potentiels, évaluent leurs besoins et les dirigent vers les centres de santé, où ils peuvent ensuite être soignés gratuitement. Grâce à son programme de fonds d’actions, HI est également en mesure d’apporter un soutien financier direct aux personnes fréquentant le centre: l’association paie pour leur transport lorsqu’elles doivent se rendre à une session de réadaptation. En effet, le coût des services tels que la kinésithérapie et le coût des transports sont l’une des plus grosses barrières pour l’accès à des soins de qualité en Jordanie.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »
© Nadia Todres/HI
Réadaptation

« REYADAPTASYON, ANN FÈ L MACHE : faisons avancer la réadaptation »

A l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, Handicap International (HI) organise un évènement à Port-au-Prince, en Haïti, qui vise à mobiliser les autorités au sujet de la thématique de la réadaptation dans le pays. HI propose notamment une exposition photo et un concert, qui sera donné par le chanteur B.I.C., star haïtienne et ambassadeur de l’association.

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés
© Muhammad Azharul Islam / HI
Réadaptation

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés

Ayesha Begum a 22 ans. Elle est réfugiée au Bangladesh depuis début septembre où, avec ses trois enfants, elle a rejoint ses frères dans un abri temporaire aux abords du camp de Kutupalong. Son mari a été tué. Elle participe au club des parents organisé par HI pour apporter un soutien psychosocial aux mères réfugiées.

Être réfugié avec un handicap
© Hossain Moazzem / HI
Réadaptation

Être réfugié avec un handicap

Abu Sadeq fait partie des 600 000 Rohingyas qui ont fui la Birmanie depuis le 25 août dernier. Atteint d’une invalidité récente, il raconte sa vie dans le camp d’Uchinprang au Bangladesh :