Go to main content
 
 

"Quand je serai grand... je serai pilote d'avion"

Réadaptation Sensibilisation
Bangladesh

Comme pour 61% des enfants réfugiés dans le monde, l’accès de Saiful à l’école primaire n’était pas garanti, son handicap aggravant encore la situation.  Grâce aux soins procurés par HI, le jeune garçon a pu reprendre le chemin de l’école.

Atteint d'une malformation congénitale, Saiful a perdu sa jambe droite à deux ans. Avec le soutien de HI, il a reçu une prothèse, marche et va à l'école.

Atteint d'une malformation congénitale, Saiful a perdu sa jambe droite à deux ans. Avec le soutien de HI, il a reçu une prothèse, marche et va à l'école. | © Shumon Ahmed/HI

L’éducation, objectif essentiel au développement durable :

Lutter contre les inégalités, c’est avant tout donner à chacun l’accès à une éducation de qualité, 4ème des 17 objectifs de développement durable (ODD), adoptés lors de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015 et posant le cadre du développement pour la période 2016-2030. Obtenir une éducation de qualité est le fondement pour améliorer la vie des gens et le développement durable.  Alors que l’éducation est un droit universel, on estime à 32 millions le nombre d’enfants handicapés dans le monde qui ne sont pas scolarisés.
Une priorité pour HI qui agit dans 31 pays afin de permettre à plus de 144.000 enfants de recevoir une éducation de qualité.

L’éducation en péril en temps de crise

En période de conflit et de crise, l’éducation est mise en péril.  En effet, les enfants sont déscolarisés de force, ce qui contribue à des taux de décrochage scolaire plus élevés et des taux d’achèvement plus faibles. Une forte focalisation sur l’éducation est dès lors essentielle dans ces pays, car l’éducation favorise la stabilité, la bonne gouvernance et la paix. Elle peut également constituer un véritable signal de retour à la normale pour les enfants.
La situation s’aggrave lorsque l’enfant est vulnérabilisé par un handicap.  Alors qu’on estime que jusqu’à 20% des réfugiés sont handicapés et, selon l’étude de HI et de l’iMMAP, soit un réfugié sur 5, il est urgent d’en faire beaucoup plus pour assurer l’inclusion des enfants réfugiés handicapés à l’école. 

 

Saiful vit dans le camp de réfugiés rohingyas de Kutupalong, dans le sud du Bangladesh. Atteint d’une malformation congénitale, l’enfant a perdu sa jambe droite à deux ans. Avec le soutien de Handicap International, il a reçu une prothèse, marche et va à l’école.  L’enfant adore jouer avec ses amis, et a un rêve : devenir pilote.

Le passé en Birmanie

Les parents de Saiful sont Rohingyas, une minorité musulmane qui vit dans l’ouest de l’Etat du Rakhine en Birmanie. Victimes de discriminations raciales de la part de l’ethnie rakhine, ils sont nombreux à fuir le pays. Noor Nahar, la maman de Saiful, raconte : « En Birmanie, nous avons été expropriés de nos terres par la force. Le grand-père de Saiful, un homme politique cultivé, a été emprisonné, et nous avons dû vendre les dernières terres qui nous restaient pour payer sa libération. Nous devions aussi effectuer de nombreux travaux forcés – construction, travail dans le champ, et donner de l’argent et des poulets à la police chaque semaine, sans quoi nous étions torturés. Un jour, mon mari a été gravement blessé par des membres de l’ethnie rakhine. Il n’a pas eu le droit d’être soigné. Nous n’avions plus eu le choix, nous avons fui le pays ». Noor Nahar et son mari, Mohammed Alom, quittent donc la Birmanie, comme des centaines de milliers de Rohingyas persécutés, qui deviennent apatrides.

Un long périple

Après de longs trajets en bateau et en bus, les parents de Saiful arrivent d’abord au camp de Dhecua Palong, puis au camp de réfugiés de Kutupalong, en 1993. Ils s’y installent, leur famille s’agrandit progressivement, et en 2009, Saiful voit le jour, le 6e enfant de la famille. 
Saiful nait avec une malformation congénitale au pied. « Son pied droit était déformé et tourné vers l’intérieur. La situation a empiré, le pied s’est infecté, on nous a parlé d’ostéomyélite1. À plusieurs reprises, les médecins nous ont dit qu’il devait être amputé. Pour nous, c’était inconcevable », explique sa maman.

L’opération de Saiful

Durant deux ans, Saiful est emmené plus de dix fois dans différents hôpitaux de la région. Les visites se succèdent, et les conclusions sont similaires : l’enfant doit être amputé. Les parents résistent et refusent l’opération - Saiful gardera sa jambe.

L’enfant prend des antibiotiques en permanence. Un matin, il se réveille, incapable de bouger ses jambes ni de cligner des yeux. Il est emmené d’urgence au Cox Bajar Hospital et Saiful est amputé de la jambe droite. « Nous étions très tristes et découragés. Saiful aussi. Il s’est enfermé dans le silence, ne voulait plus sortir, de peur de tomber. Et nous, nous étions épuisés », confie-t-elle.

Saiful, 6 ans, marche pour la première fois

En 2013, des kinésithérapeutes de Handicap International rencontrent Saiful dans le camp de réfugiés : « L’enfant était timide et ne se déplaçait pas. Nous évaluons l’état de sa jambe et lui faisons suivre des séances de réadaptation, des exercices afin qu’il gagne en souplesse et que ses membres se raffermissent. Nous installons aussi des barres parallèles près de sa maison afin qu’il puisse s’exercer régulièrement, et formons ses parents à mener des séances de rééducation. Et surtout, en 2015, Saiful, 6 ans, reçoit sa première prothèse et fait ses premiers pas », explique Bayzed Hossain, chef de projet handicap pour Handicap International.

« On n’y croyait plus. Dans notre tête, Saiful ne marcherait jamais. Grâce à cette prothèse, tout a changé. Notre enfant apprend à marcher, va à l’école, a des amis et a davantage confiance en lui », complète son père.

À l’école

Juin 2016, Saiful, 7 ans, écrit sur le tableau noir de la classe. Son institutrice témoigne : « Saiful est un enfant joyeux et intégré. Un groupe d’élèves l’aide et l’accompagne. Nous avons effectué quelques adaptations afin qu’il se sente à l’aise. Nous avons aussi été formés par Handicap International pour encadrer au mieux les enfants handicapés ». 
Saiful participe également aux activités sportives organisées par Handicap International, qui réunissent plus de 800 enfants valides et handicapés. « Khelain arto besi gom lage » - « J’adore jouer », raconte Saiful. « Mais pas avec ceux qui critiquent ma jambe ».

Des besoins persistants

Aujourd’hui, Saiful apprivoise sa prothèse. Grâce au soutien de Handicap International, il est plus autonome, mieux intégré et peut aller à l’école. Il est plus sûr de lui. Mais la situation reste compliquée. « Saiful doit encore gagner de l’équilibre et apprendre à marcher avec sa prothèse.  Récemment, il est tombé et s’est brûlé. Il doit renforcer la fermeté de ses membres et gagner en souplesse. Et il aura besoin d’une nouvelle prothèse l’année prochaine, lorsqu’il aura grandi », explique Bayzed Hossain.

Les parents complètent : « Le soutien de Handicap International est essentiel pour nous. Mais vivre dans le camp de réfugiés reste difficile. Nous avons 7 enfants, et occupons une pièce unique. Aucune intimité. L’accès à l’eau et aux sanitaires est compliqué, les conditions d’hygiène sont déplorables. Durant la mousson, tout est boueux ; durant la saison sèche, la chaleur est insupportable. Et puis, ici, personne ne travaille, les enfants ne vont pas tous à l’école. Le manque de perspective est terrible. Nous n’avons qu’une envie, nous sentir enfin chez nous, quelque part », confie Noor Nahar, la maman.

Saiful rentre de l’école. Il s’apprête à rejoindre ses amis et à jouer aux billes. Avant de lui dire au revoir, nous lui demandons ce qu’il voudrait faire plus tard. Ses parents répondent : « Pilote ! Il en rêve ». Saiful enchaîne, sans hésiter : « Ai dorwayrea asmane urium ». « Quand je serai grand, je volerai ».


1 L'ostéomyélite désigne l'inflammation de la moelle osseuse et des structures osseuses environnantes.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Je suis là pour vous renseigner

Claude BRIADE
Directeur Marketing et Communication
(+352) 42 80 60 40
c.briade@hi.org

Aidez-les
concrètement