Accès direct au contenu
 
 

Rééducation au Yémen : éviter les complications post-opératoires

Réadaptation
Yémen

Handicap International fournit des soins en rééducation et un soutien psychosocial à Aden, dans le sud du Yémen, depuis juillet 2019. Trois équipes, composées chacune d'un physiothérapeute et d'un travailleur psychosocial, offrent leur aide dans deux hôpitaux.

Après son amputation, Assouan Mohammed Saleh s’entraine avec un kinésithérapeute de HI à l’utilisation d’une déambulateur pour pouvoir ensuite utiliser des béquilles.

Après son amputation, Assouan Mohammed Saleh s’entraine avec un kinésithérapeute de HI à l’utilisation d’une déambulateur pour pouvoir ensuite utiliser des béquilles. | © HI

HI dans deux hôpitaux à Aden

Handicap International intervient à l'Hôpital du 22-Mai pour aider les personnes ayant récemment subi une intervention chirurgicale. La kinésithérapie est essentielle pour éviter les complications qui peuvent mener à une invalidité.

Nous fournissons également des aides à la mobilité si besoin ; nous conseillons et aidons les patients et leurs aidants à gérer leurs gestes de la vie quotidienne (comment se déplacer du lit au fauteuil, aller aux toilettes seul, etc.) A l'hôpital Al-Jamhuriah, Handicapo International fournit des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants, etc.). L’association fournira bientôt des formations au personnel médical sur la réadaptation et des équipements médicaux.  

 

Types de blessures

La plupart des patients souffrent de fractures aux membres supérieurs ou inférieurs. De nombreuses blessures sont causées par des accidents de la route ou des accidents domestiques. Handicap International traite également les personnes blessées par le conflit. 

 

Jusqu'à 90 patients par semaine

Les équipes de Handicap International suivent jusqu'à 90 patients par semaine. Ce nombre augmente chaque mois à mesure que les équipes reçoivent de plus en plus de patients externes. Le flux de patients met à l'épreuve la capacité des hôpitaux. Les équipes médicales doivent mettre les patients sur une liste d'attente pour la chirurgie.

L'ONG soutient généralement les patients pendant 3 ou 4 semaines. Certains patients ont besoin de soins pendant plus d'un mois. Lors de la première rencontre, le physiothérapeute et le travailleur psychosocial s'assoient avec le patient pour identifier ses besoins avant de commencer les séances.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants

Ce jeudi 24 septembre, l’Union européenne distingue HI à deux reprises, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation (E.C) pour "une Aide Humanitaire High-Tech et Durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

 

Rana, kinésithérapeute pour HI: "J'aide des enfants victimes de bombardements"
© Photo HI
Mines et autres armes Réadaptation Santé

Rana, kinésithérapeute pour HI: "J'aide des enfants victimes de bombardements"

Rana Abdel Al est libanaise. Elle travaille pour HI en tant que kinésithérapeute auprès de réfugiés syriens victimes de bombardements. Elle sera au Luxembourg du 1er au 3 octobre pour la Pyramide de HI et témoignera auprès de ministres et députés.

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab
© HI
Prévention et santé Réadaptation Santé

COVID-19 : HI poursuit son soutien aux enfants handicapés dans le camp de réfugiés de Dadaab

Dans le camp de réfugiés de Dadaab, les familles d’enfants handicapés sont particulièrement vulnérables durant la crise liée au COVID-19.  Le manque d'argent ne leur permet plus d'acheter de la nourriture pour survivre.