Accès direct au contenu
 
 

Protection des civils dans les guerres urbaines: les États réunis en ligne

Mines et autres armes
International

Ce 7 septembre s'est tenue une conférence en ligne réunissant les 70 États impliqués dans les négociations pour une déclaration politique commune contre les bombardements de civils.

Comme Amina dans les années 1990, chaque jour, en Syrie, au Yémen, en Lybie, en Afghanistan, des enfants sont victimes de bombardements des enfants sont victimes

Comme Amina dans les années 1990, chaque jour, en Syrie, au Yémen, en Lybie, en Afghanistan, des enfants sont victimes de bombardements des enfants sont victimes | Laure Chancenotte / HI

Intitulée "Protéger les civils dans les guerres urbaines", cette conférence a permis aux délégations internationales d'aborder les problèmes, les politiques et les pratiques liés à l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées.

Un problème humanitaire majeur qui doit être résolu

 

Cette conférence vise à relancer le processus diplomatique pour une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées, temporairement reporté par la pandémie de COVID-19.

Elle place les souffrances humaines causées par les bombardements et les pilonnages dans les zones urbaines au centre des discussions ainsi que les aspects techniques, juridiques et militaires de la guerre urbaine.

Anne Héry, directrice du Plaidoyer chez HI, explique:

 "Nous craignons qu'en raison du contexte lié à la pandémie, le processus diplomatique soit de nouveau reporté et qu'il n'y ait aucun résultat concret dans les mois à venir."

Or, les civils, eux, ne peuvent plus attendre:

"Les bombardements dans les zones peuplées sont un problème humanitaire majeur aux conséquences dévastatrices pour les civils : morts, blessures complexes, traumatismes psychologiques, destructions d'infrastructures vitales, déplacements de population et contaminations par des munitions non explosées."

Les 70 États impliqués doivent en prendre conscience et relancer activement le processus diplomatique.

HI et les membres du Réseau international des armes explosives (INEW) continuent de dialoguer avec les États pour les convaincre de soutenir pleinement une déclaration forte.

La toute première réunion de négociation a eu lieu le 18 novembre 2019 à Genève. Cette série devrait s'achever par une conférence début 2021 à Dublin, où la déclaration politique sera alors ouverte à signature.

Mobilisation au Luxembourg et dans 7 pays

HI appelle les citoyens de sept pays (Allemagne, Belgique, Canada, France, Luxembourg, Royaume-Uni et Suisse) à se mobiliser.

Au Luxembourg, HI invite le public à envoyer un mail aux députés du pays, via la plateforme www.6moispourgagner.lu, pour leur demander de soutenir la déclaration contre l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

>> SOUTENEZ NOTRE ACTION, INTERPELLEZ VOS DÉPUTÉS

L'association lance aussi une grande opération en ligne à l'occasion de sa traditionnelle Pyramide: découvrez vite comment participer!

Frappée par une roquette à 8 ans, Amina raconte

Lors de la conférence, Amina Azimi, responsable plaidoyer chez ALSO (Afghan Landmine Survivors Organisation), organisation qui défend les droits des femmes handicapées en Afghanistan et partenaire de HI depuis de nombreuses années, a interpellé les participants :

"Que vous rappelez -vous de vos 8 ans? Moi, je me souviens d’être allée jouer chez ma sœur et, sur le chemin du retour, d'avoir été frappée par une roquette qui a explosé tout près de moi."

"Je me souviens de ma jambe qui saignait et des personnes qui se rassemblaient autour de moi pour m'aider. Je ne savais pas quoi faire."

"Il a fallu des heures à un chauffeur de taxi pour arriver à l'hôpital, qui est devenu ma maison pendant plus d'un an et demi."

Des chiffres effroyables

Les conflits armés se déroulent de plus en plus dans des zones peuplées, principalement des villes.

L'impact de l'utilisation d'armes explosives est dévastateur pour les civils: selon Action on Armed Violence (AOAV), plus de 250 000 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2011-2019.

  • Lorsque des armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, 90 % des victimes sont des civils.
     
  • L'utilisation d'armes explosives en zones peuplées entraîne la destruction d'infrastructures comme les maisons, les hôpitaux, les écoles, les systèmes d'approvisionnement en eau et en électricité, laisse une contamination massive par des munitions non explosées et constitue l'un des principaux facteurs de déplacement des populations.

 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Vous désirez un complément d'informations ?

Nous sommes là pour vous renseigner

Christelle BRUCKER
Chargée de Communication
(+352) 42 80 60 36
c.brucker@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

HI deux fois primée par l’Union européenne pour ses projets innovants

Ce jeudi 24 septembre, l’Union européenne distingue HI à deux reprises, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation (E.C) pour "une Aide Humanitaire High-Tech et Durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

 

Catastrophes naturelles : une saison à hauts risques dans le contexte de pandémie
NASA Worldview
Urgence

Catastrophes naturelles : une saison à hauts risques dans le contexte de pandémie

Cyclones, inondations : pandémie ou pas, les catastrophes naturelles menacent les populations de certaines parties du globe en cette saison. Les équipes HI sont prêtes à intervenir avec un plan adapté.

Un quart des enfants du monde privé d'école selon l'UNESCO
© J. Mc Geown / HI
Insertion

Un quart des enfants du monde privé d'école selon l'UNESCO

Alors que le nouveau rapport de l'UNESCO sur la situation de l'Education dans le monde vient d'être publié, avec la participation de Handicap International, l'une de nos référentes Éducation inclusive explique pourquoi il reste encore énormément à faire pour l'inclusion scolaire des enfants handicapés.